La salle lors de la présentation du 21e rapport sur l'état du mal-logement en France 2016 [nid:1691] Play
21e rapport sur l'état du mal-logement en France 2016

Le 28 janvier 2016, la Fondation Abbé Pierre présentait son 21e rapport annuel sur l'état du mal-logement. Découvrez le ici.

22/01/2016

3 Français sur 4 jugent leur pays comme inégalitaire, le logement leur apparaissant comme la troisième source d'inégalités la plus grave et la deuxième la plus répandue. (sondage TNS Sofres - octobre 2015)

La Fondation Abbé Pierre analyse le logement comme un facteur majeur dans l'approfondissement des inégalités, au coeur du processus de décrochage des couches populaires.

 

Cliquez ici pour accéder directement au téléchargement du 21e rapport

 

La France malade du mal-logement

À bien des égards, la précarité énergétique, l’insalubrité, l’indignité des logements ou l’absence de domicile personnel ont des conséquences très graves sur l’état de santé de centaines de milliers de personnes (maladies respiratoires, allergies, troubles alimentaires, troubles du sommeil, dépression, stress...).

Dans ce rapport, où la Fondation Abbé Pierre rend compte des liens entre santé et logement, il ne fait aucun doute que le mal-logement est une question de santé publique.

Selon l’OFCE, pour les personnes mal logées, le surpeuplement, l'humidité, le bruit augmentent chacun de 40 % le risque pour une personne de se déclarer en mauvaise santé. Ce pourcentage atteint 50 % pour les personnes en situation de précarité énergétique.

De même, il arrive trop souvent que les problèmes de santé aggravent des difficultés de logement, voire même y précipitent les plus fragiles. Dans les faits, une mauvaise santé est un facteur discriminant pour accéder et se maintenir dans un logement digne.

Finalement, les carences des politiques de logement et de santé s’alimentent mutuellement et sacrifient les personnes les plus vulnérables, en particulier celles qui souffrent de troubles psychiatriques. Aujourd’hui, 1/3 des personnes à la rue ont des troubles psychiatriques sévères alors que 60 000 lits en hôpital spécialisé ont été fermés au cours des dernières décennies, sans alternatives à la hauteur des besoins.

 

La mixité sociale ne doit pas pénaliser les plus modestes

Ce 21e rapport consacre également un chapitre à la lutte contre la ségrégation urbaine. Après les attentats de janvier 2015, le Premier ministre avait annoncé un projet de loi pour lutter contre « l’apartheid territorial ».

Intitulé « Égalité et citoyenneté », ce texte législatif actuellement soumis à la concertation ambitionne de favoriser la mixité sociale. Pour la Fondation Abbé Pierre, cet objectif est légitime face à une ségrégation accrue des « zones urbaines sensibles », à condition de ne pas pénaliser les ménages modestes, comme c’est encore trop souvent le cas. Pour la Fondation, les ménages pauvres ne doivent pas faire les frais de la politique de mixité sociale.

Pour éviter cela, il faut améliorer les conditions de vie dans les quartiers populaires en s'intéressant au sort des habitants "ici et maintenant". Il faut également mener conjointement une action volontaire dans les quartiers aisés. Produire du logement abordable dans les quartiers qui en manquent notamment en renforçant la loi SRU et attribuer les logements accessibles aux ménages prioritaires ; mobiliser le parc privé ; renforcer les intercommunalités en leur donnant pleinement la charge de l'habitat....

Ces politiques doivent pouvoir dessiner un "socle républicain" capable de dépasser les contradictions entre mixité et droit au logement.

 

3, 8 millions de mal-logés – 12 millions de personnes touchées par la crise du logement

Comme chaque année, ce rapport dresse le tableau de bord du mal-logement à partir de chiffres actualisés, notamment grâce à une exploitation inédite de l’enquête Logement 2013 de l’Insee fortement attendue, et du suivi des politiques du logement de l’année écoulée.

Il montre la dégradation alarmante de nombreux indicateurs, qu’il s’agisse du nombre de personnes sans domicile, en précarité énergétique, en effort financier excessif ou en hébergement contraint chez des tiers.

une politique du logement en panne d’ambition

L’objectif affiché au début du quinquennat de dynamiser la construction tout en maîtrisant les hausses de prix du logement, a été abandonné en 2014.

Au lieu des 150 000 logements sociaux attendus, seuls 109 000 ont été financés en 2015, en baisse annuelle de 9 %. Un même bilan décevant concerne la production de logements très sociaux à bas niveau de quittance (« PLAI adaptés »), à peine plus de 700 ont été programmés alors que 3 000 étaient promis en 2015.

Inutile non plus, cette année encore, de compter sur la mobilisation du parc privé à vocation sociale, qui stagne à des niveaux très bas : leur nombre passe pour la première fois sous la barre des 5 000 en 2014. Un échec qui empêche de produire rapidement des logements accessibles pour les ménages modestes dans les quartiers qui en manquent et de faire reculer la ségrégation spatiale.

L’ambition réaffirmée régulièrement, depuis 2009, du « logement d’abord » peine à se concrétiser. Malgré le lancement salué, au début de l’année 2015, d’un plan de réduction des nuitées hôtelières, le recours à l’hôtel, coûteux et inadapté aux familles, poursuit sa hausse : + 23 % en 2015 après des hausses de 27 % en 2013 et en 2014, pour atteindre 40 000 nuitées quotidiennes à la fin de l’année.

La volonté affichée de privilégier le logement pérenne plutôt que l’hébergement d’urgence ne se traduit pas clairement dans les actes ou dans le budget... Et le nombre de ménages reconnus prioritaires au Droit au logement opposable (Dalo) restant à reloger ne cesse d’augmenter.

Devant de tels constats, le mot d’ordre de la Fondation est clair : le combat doit plus que jamais continuer.

 

TÉLÉCHARGEZ LE 21e RAPPORT SUR L'ÉTAT DU MAL-LOGEMENT EN FRANCE 2016
 

LA SYNTHÈSE DU RAPPORT
Le dossier de synthèse - 21e rapport 2016
Premier cahier : Les manifestations du mal-logement
Deuxième cahier : Les politiques du logement
 

LE RAPPORT INTÉGRAL
L'état du mal-logement en France - 21e rapport 2016
 

TÉLÉCHARGEMENT PAR PARTIE

PREMIÈRE PARTIE : Les manifestations du mal-logement
Regard : "Crise du logement et inégalités : le décrochage des couches populaires"
Zoom : "Le logement est une question de santé publique"
Tableau de bord : Les manifestations du mal-logement
Annexe : Les chiffres du mal-logement

DEUXIÈME PARTIE : Les politiques du logement
Regard : "2015 : une politique du logement en panne d'ambition"
Zoom : "Mixité sociale ou droit au logement ?"
Tableau de bord : Le suivi des politiques du logement
Annexe : Les propositions de la Fondation Abbé Pierre

 

> Cliquez ici pour recevoir le rapport annuel sur l'État du Mal-Logement en France, par voie postale.