L'accompagnement des personnes en situation d'habitat indigne
11/01/2018

La Fondation Abbé Pierre a souhaité renforcer son engagement dans la lutte contre l’habitat indigne et l’insalubrité avec le programme SOS Taudis. Lancé en 2007, pour une période initiale de cinq ans, il a permis dans cette première phase l’accompagnement de plus de 1 600 ménages.

Ce programme a eu pour ambition d’investir trois échelles d’actions :

  • > celle des personnes : organisation du repérage et de la qualification des situations, financement de l’ingénierie nécessaire à la définition puis à la réalisation du projet d’amélioration (réalisation de travaux, relogement des ménages, accès aux droits...) ;
  • celle des politiques locales : sensibilisation des acteurs locaux à l’existence des problématiques d’habitat indigne, interpellation de ces acteurs sur l’exercice de leurs responsabilités à l’échelle de la situation comme à l’échelle du territoire ;
  • celle de la politique nationale : capitalisation de la connaissance sur l’habitat indigne et sur les atouts et les insuffisances des outils permettant de répondre aux enjeux.

À travers cinq années d’activité conduites par une cinquantaine d’associations partenaires, le programme SOS Taudis a permis de repérer des difficultés majeures qui font obstacle à l’éradication des taudis : l’absence de volonté politique sur certains territoires, la faiblesse du repérage des situations, la difficulté à qualifier la non-décence et à en financer les travaux, la très grande précarité financière de certains propriétaires occupants, la difficulté des ménages d’accéder à leurs droits, l’exigence faite aux intervenants de terrain de maîtriser un ensemble de compétences multiples et complexes…

Afin d’intervenir sur un certain nombre de ces obstacles, la Fondation a défini un deuxième programme composé de quatre volets, couvrant la période 2012-2016 : le soutien aux propriétaires occupants les plus en difficulté à travers l’attribution d’aides financières aux travaux de sortie d’insalubrité, d’amélioration de l’habitat, de lutte contre la précarité énergétique ; le financement d’actions innovantes (repérage des situations, problèmes de santé mentale, mobilisation des élus…) ; le financement d’actions portant sur l’accompagnement juridique de locataires en proie à des bailleurs indélicats.

Après quasiment dix ans de mise en œuvre, la Fondation a tiré du programme SOS Taudis deux enseignements fondamentaux :

  • l’importance de la fragilité des ménages et de la multiplicité de leurs difficultés, au-delà de la seule question du logement : une enquête réalisée par la Fondation en 2010 sur près de 500 ménages accompagnés avait montré que 75 % d’entre eux font face à de lourdes difficultés d’ordre social et/ou sanitaire : exclusion sociale et grande précarité, problèmes de santé physique et mentale, isolement social, fragilité psychologique, « problèmes d’occupation » du logement (hygiène, entassement...) ;
  • la nécessité, en conséquence, d’une approche et d’une méthodologie adaptées  visant à remettre les personnes au cœur de la lutte contre l’habitat indigne. Ce principe, de portée générale pour la Fondation, se traduit dans ce domaine par la mise en place d’un accompagnement global et durable (à la fois social, technique, juridique et financier) afin d’agir « pour » mais aussi « avec » les ménages, qu’ils soient locataires ou propriétaires occupants.

De là vient l’ambition de cette publication : expliquer comment est conçu et réalisé cet accompagnement, principalement dans sa dimension sociale, parler d’une pratique professionnelle, du métier des « opérateurs » (les associations et organismes qui mettent en place les actions), et de l’attitude et des techniques des accompagnateurs (les professionnels qui interviennent auprès des ménages).