Des familles s’entassent par centaines dans des bidonvilles en région parisienne
Au sortir de la guerre, la France manque cruellement de logements. La situation est particulièrement critique en région parisienne. Privés d’emploi ou trop peu payés pour assurer un loyer, des pères de famille se réfugient avec femme et enfants dans les bidonvilles qui ont surgi en périphérie de la capitale.
 
En 1950, malgré le froid et la neige, une famille de Neuilly-Plaisance est expulsée, faute d’avoir réglé son terme. L’abbé Pierre les installe chez lui, dans la pièce aménagée en chapelle. Puis il emprunte de l’argent et achète un terrain à Neuilly-Plaisance. Aidé de ses compagnons, il devient maçon.

"Les mal-logés dans la chapelle, Dieu au grenier"

En octobre, « la maison du Pont » est terminée et la famille relogée.
 
L’abbé Pierre a un peu triché sur le permis de construire : l’édifice est trop long de 26 mètres… Mais l’administration n’aura pas l’audace de lui demander de démolir, et il en profite pour y héberger d’autres familles.