L’abbé Pierre devient député de Meurthe-et-Moselle
L’abbé Pierre
30/07/2013 | Crédits photos : L'homme sait trouver les mots et emporter l'adhésion du public tout entier, et ce même dans les situations les plus critiques.
En 1942, dès le lendemain de la rafle du Vel’ d’Hiv à Paris, l’abbé Pierre accueille des Juifs rescapés d’une première rafle en zone libre. 
 
De 1942-44, il entre dans la Clandestinité. Il participe à la Résistance et crée des maquis qui deviendront une partie de “l’Armée du Vercors”.
 
Il en gardera son nom de résistant, « l’abbé Pierre ». À la libération, désireux de mettre sa vie au service des autres, il choisit d’entrer en politique et se présente aux élections législatives en Meurthe-et-Moselle. 
 
L'homme sait trouver les mots et emporter l'adhésion du public tout entier, et ce même dans les situations les plus critiques. 
 
Lors d'une réunion électorale, alors qu'il entend crier : "Les curés, à la sacristie !", l'abbé Pierre s'empare du micro et lance :
"Vas donc demander à ceux qui étaient il y a peu de temps en danger de mort, qui devaient passer la frontière pour sauver leur peau, s'ils n'étaient pas contents que les curés soient ailleurs que dans leur sacristie pour les guider dans la montagne !"
L'abbé Pierre rappellera ses années parlementaires lors de sa venue à l'Assemblée nationale pour défendre la loi SRU, le 24 janvier 2006 :
"Si je suis là, 50 ans après l'époque où j'étais parmi vous, c'est que se trouve mis en question l'honneur de la France".