Philippe Torreton rend hommage à l’abbé Pierre

Ce vendredi 20 janvier à 17 heures 30, Philippe Torreton, parrain de la Fondation a lu l’appel de l’abbé Pierre — diffusé le 1er février 1954 — sur la passerelle Leopold Senghor, face au musée d’Orsay, à Paris.

Play
30/07/2013
« Ce texte est solennel, il a marqué notre histoire et j’éprouve surtout un sentiment de colère en le lisant. On n’en finit pas d’avoir une société qui rend les gens miséreux ! C’est démentiel qu’à notre époque des gens dépensent les trois quarts de leurs ressources pour avoir un toit. C’est démentiel que d’autres vivent dans des taudis, dans des logements qui n’en sont pas.
C’est très important de continuer à faire vivre cet appel à la solidarité en cette période électorale. Il ne faut pas oublier l’homme, le citoyen. »

Cinq ans après le départ de l’abbé Pierre, Philipppe Torreton, parrain de la Fondation, a lu son appel qui a donné naissance à « l’insurrection de la bonté », un formidable mouvement de solidarité, en plein hiver 1954.

Devant des journalistes, des salariés et des bénévoles de la Fondation ainsi que d’anciens compagnons de route de l’Abbé, Laurent Desmard, son ancien secrétaire particulier, a rappelé dans quelles circonstances cet appel historique avait été lancé sur les ondes de Radio Luxembourg :

« Un enfant mort de froid dans une carcasse de bus, une vieille femme retrouvée sans vie sous des couvertures, avec dans la poche son avis d’expulsion, les compagnons d’Emmaüs n’en pouvaient plus devant tant de misère…. Après l’appel, les dons n’ont pas cessé d’affluer à l’hôtel Rochester et très vite l’Abbé a dû demander à la préfecture de Paris un local, ce fut la gare d’Orsay. Et c’est ici, sur cette passerelle, à deux pas de l’actuel musée, que la France, à cette époque, s’est levée toute entière pour lutter contre la misère. »