Partiellement rénovée, la maison restait insalubre.

La maison héritée en 2003 était énergivore et pleine de moisissures. Monsieur L. a pu bénéficier du programme SOS Taudis pour sortir de l'insalubrité.

22/08/2016

"Je tiens beaucoup à cette maison, c'est sentimental, c'est la maison de ma mère. En plus, j' ai une vue magnifique sur le lac. Depuis que je suis à la retraite, je suis revenu vivre là, je n'aurais pas pu vivre ailleurs."

Pourtant, cette maison était néfaste à la santé de son propriétaire. "Je ne m'en suis pas aperçu tout de suite, mais j'avais de plus en plus de problèmes respiratoires et j'ai du être hospitalisé plusieurs fois. Heureusement que l'assistante sociale est venue faire des prélèvements dans la maison, c'est comme ça qu'on a découvert le plomb dans la peinture, les moisissures et les champignons... Il y en avait sur le sol, sur la porte d'entrée et sur les fenêtres.

Avec ma seule retraite, je ne pouvais absolument pas prendre en charge les travaux nécessaires à la salubrité de la maison. Et en plus, avec mes problèmes de santé, je ne peux plus beaucoup faire de choses moi-même..."

8 mois de travaux ont été nécessaires pour refaire l'isolation, refaire l'électricité et la peinture et achever la rénovation de la maison de 60 m2 sur ses trois niveaux. "J'avais fait poser des fenêtres et des portes en double-vitrage en 2005 mais ça n'était pas assez. À l'époque, je ne pouvais pas faire plus.

Cette maison a toujours été un lieu de vacances pour ma mère et notre famille, donc ça n'était pas habité souvent, tout était déjà bien abîmé quand j'ai reçu la maison en héritage. J'avais aussi investi dans une pompe à chaleur, mais elle n'avait pas été installée."

"Aujourd'hui, je vais beaucoup mieux, ma santé s'est nettement améliorée depuis juin, quand les travaux ont été finis. Je respire bien et je peux monter 2 étages sans problème. Avant, au bout d'un demi étage, je n'en pouvais plus. Vraiment, je remercie la Fondation Abbé Pierre qui a permis tout ça.

Il y a surement d'autres personnes comme moi qui vivent dans des maisons qui sont dangereuses pour leur santé. Il faut pouvoir aider tout le monde... Aujourd'hui, le monde est égoïste et c'est bien dommage. Je regrette quand même de ne pas avoir pu être sur le chantier pendant les travaux, ça aurait évité quelques incompréhensions..."

Création d'une salle d'eau, reprise des murs moisis alors que les fenêtres et les portes étaient neuves ; isolation des murs et des combles, grille d'aération sur les ouvertures, pose d'une VMC et réfection complète de l'installation électrique... La pompe à chaleur jamais branchée est désormais installée et fonctionnelle et va pouvoir révéler son efficacité cet hiver ou pendant les fortes chaleurs de l'été.

Les moisissures et l'humidité très présentes dans toute la maison ont commencé à se résorber. Monsieur L, retraité aux revenus modestes, devrait consommer 27 % d'énergie en moins pour se chauffer l'hiver prochain.

C'est la communauté de Communes Bénévent-Grand Bourg qui a monté le dossier de sortie d'insalubrité et l'accompagnement du propriétaire ; la Fondation Abbé Pierre est intervenue financièrement dans le cadre de son programme SOS Taudis afin que le financement soit bouclé. La Fondation a ainsi pris en charge le reste-à-charge du financement des travaux que le propriétaire impécunieux ne pouvait pas assumer.