"Enfin, je suis bien !"

Albert a quitté le micro-logement de 6 m2 dans lequel il vivait en juillet dernier. Une nouvelle vie a commencé pour lui.

30/12/2016

Albert est installé au 4e étage, dans un 19 m2 très lumineux, dans le 19e arrondissement de Paris. Une grande pièce avec 2 fenêtres qui donnent sur une rue calme et dans le fond, un large velux donne sur des cours intérieures. Le soleil innonde l'espace. Juste à côté de la porte d'entrée, sur la gauche, une kitchenette équipée flanquée d'une petite salle de bains.

"Je me sens vraiment bien aujourd'hui ! La plus grande différence, c'est l'eau chaude. Plus besoin de me laver en faisant chauffer de l'eau tous les matins." Par terre, la vieille bouilloire en inox semble abandonnée. Sur les plaques en vitrocéramique impeccables, trône une petite cafetière italienne.

"Je ne prends que mon petit-déjeuner chez moi, après, je préfère sortir et prendre mes repas aux Resto du coeur, près de la gare de l'Est, pour rencontrer du monde. Ici, j'ai maintenant toute la lumière que je veux, je peux lire pendant des heures sans souci et puis, surtout, les murs ne sont plus du tout humides. Quand je suis parti, j'ai dû jeter 7 sacs d'affaires complètement pourries et j'ai abandonné 2 matelas sur les trois que j'avais, ils étaient envahis par les punaises et les moisissures."

Albert vous reçoit devant sa table de travail installée entre les deux grandes fenêtres. Aux murs, des photos de l'abbé Pierre et des objets personnels avec encore, un peu partout, quelques valises et cartons de déménagement.

"Je me rends compte que je n'ai plus du tout de mal à respirer, c'est vraiment un sacré changement pour moi. Ici, il fait bon, je n'ai plus besoin de mettre plusieurs pulls... Mais ce n'est qu'un logement provisoire, je suis installé ici pour au moins 6 mois, voire un an, grâce à l'association "Solidarités Nouvelles pour le logement". Ma demande de logement à la Ville de Paris est toujours valable et j'attends mon relogement définitif. Je ne demande pas grand-chose, juste un 30-35 m2 au rez-de-chaussée car j'ai de plus en plus de mal à monter les escaliers."

 

Concierge à temps complet

Le rêve d'Albert aujourd'hui, c'est de pouvoir retrouver un poste de gardien d'immeuble. "J'ai mon diplôme et ma candidature a déjà été retenue plusieurs fois. Il y a du travail, c'est certain ! J'ai hâte de pouvoir travailler à temps plein car pour l'instant, j'ai du mal à m'en sortir."

Avec un emploi à temps partiel de plongeur à l'Assemblée nationale, Albert touche 513 euros/mois et travaille 2 jours par semaine. Aujourd'hui son loyer est de 260 euros mensuels.

"Par rapport au loyer que j'avais dans mon 6 m2, j'économise 90 euros/mois, c'est énorme. J'essaye de mettre un peu de côté pour pouvoir repartir de temps en temps en Corrèze, dans mon village natal. Je devrais aussi bientôt toucher les APL que je n'ai plus depuis mon déménagement... à chaque fois, on me redemande les même papiers que j'ai déjà fournis en plusieurs exemplaires. J'espère bien que cela va être vite solutionné..."

 

La France des mal-logés

Albert a fait partie des personnes photographiées pour l'exposition qui a lancé la nouvelle campagne de la Fondation Abbé Pierre #OnAttendQuoi . 20 portraits de personnes mal logées partout en France et affichés pendant 3 semaines sur les murs de la Mairie de Paris.

"Cette expo, il fallait vraiment la faire pour dénoncer ce que nous vivons. Nous sommes tellement nombreux à vivre dans des conditions comme celles où j'ai vécu ! C'est vraiment incroyable, il faut le faire savoir. J'ai été étonné de voir le monde qui regardait les portraits, ça m'a touché."

Albert tient à jour un classeur dans lequel il recense tous les articles qui dénoncent le mal-logement, particulièrement le scandale des micro-logements. "Je suis content que cette exposition ait eu lieu. Et pour la première fois, je suis entré dans les salons de l'Hôtel de Ville de Paris. Passer du mal-logement aux salons privés, ça aussi c'était une expérience !"

 

C'est grâce à la générosité de ses donateurs que la Fondation Abbé Pierre peut agir chaque jour aux côtés des personnes les plus démunies pour qu’elles retrouvent des conditions d’habitat dignes et décentes, sans lesquelles aucun projet de vie ne peut s’envisager. Pour nous aider à agir, donnez sur don.fondationabbepierre.org