4 logements très sociaux dans une éco-rénovation exemplaire.

Ce jeudi 7 avril, dans un bâtiment rénové, le Cald inaugure 4 logements très sociaux économes en charges en plein centre-ville, à Valence.

15/03/2016

L'immeuble très bien situé se compose de 3 niveaux avec dépendances, terrasses et cour. Jusqu'à présent vacant, le bâtiment était composé de trois logements mal agencés. Aujourd'hui, quatre logements très sociaux (dont un T2 accessible à des personnes handicapées) ont redonné vie à l'édifice.

Matthieu, la trentaine est paraplégique, il vient de s'installer dans le logement adapté au handicap en rez-de-chaussée.

Trouver seul un logement, c'est quasiment impossible

"J'étais valide jusqu'en septembre 2014. J'ai eu un accident de vélo et je me suis retrouvé dans un fauteuil. C'est déjà dur de trouver un logement aujourd'hui quand tout va bien et qu'on a un emploi, alors quand on est handicapé, c'est carrément mission impossible.

J'étais animateur et je travaillais dans le social, avant. Aujourd'hui, je n'ai plus du tout les mêmes revenus... C'est parce que c'est aussi un logement très social que je peux y avoir accès. J'ai même une terrasse extérieure, c'est vraiment très bien.

Promouvoir l'accessibilité et les économies d'énergie, c'est je trouve une très bonne chose, cela me tient à coeur. Depuis que je suis handicapé, je n'ai pas eu du tout accès à un logement adapté et pérenne. C'est une étape que je suis heureux de vivre aujourd'hui. Etre autonome, c'est très important pour moi, même si chaque geste me demande bien plus de temps. 

J'habitais avant dans un petit village perdu dans la Drôme. Inutile de dire que trouver un logement adapté là-bas était impossible. Aucun propriétaire ni bailleur n'avait intérêt à faire ce type de travaux. Je me suis donc rabattu sur Valence où j'ai eu la possibilité de trouver un logement transitoire grâce au Cald.

Avant cela, heureusement que j'ai eu mes amis et ma famille pour m'aider à vivre dans un logement classique. Désormais, je vais pouvoir à mon tour accueillir..."

Après travaux sur le bâti et équipement du site, les charges locatives oscillent entre 63 et 88 euros/mois.

Sans emploi ou avec des revenus modestes, les locataires comme Matthieu (personnes seules, mère isolée avec enfants) se sont installés entre février et mars 2016, après un an de travaux sur le site l'an dernier.

L’opération  a consisté à créer, réhabiliter et remettre aux normes les 4 logements en privilégiant particulièrement les  aspects de développement durable (matériaux) et d’économie de charges (isolation, chauffage, ECS solaire) et en gardant le souci du confort et de la qualité de vie des locataires.

La Fondation Abbé Pierre a participé au financement de ce projet exemplaire et reproductible dans le cadre de son programme "Toits d'abord", aux côtés de l'Etat, de la Région, du Département et de la Ville de Valence.

Le Centre d'amélioration du logement de la Drôme (CALD)/SOLIHA Drôme s'est associé au CAUE et à l'ADIL Information Energie pour mener à bien ce projet, dont l'appartement du rez-de-chaussée occupé désormais par Matthieu servira d'appartement témoin afin de sensibiliser les acteurs locaux (partenaires, associations, professionnels) au logement adapté au handicap, à l'économie de charges et à la qualité environnementale.

Le jour de l'inauguration de "La Glycine", jeudi 7 avril 2016, l'Agence Rhône-Alpes présente son 21ème rapport sur l’Etat du mal-logement en France, de 9h00 à 12h30, à l’Espace CAF de Lyon.