Ne plus vivre dans une maison insalubre

En 2015, un propriétaire très modeste a pu faire rénover sa maison insalubre.

22/05/2018 | Crédits photos : © Ljubiša Danilović

Retraité âgé de 67 ans, M. B. vit seul dans la maison familiale de 59 m2 située à La Fresnais, petite commune d’Ille-et-Vilaine de quelque 2000 habitants. Une chambre, une cuisine et depuis deux ans, des toilettes et une salle de bains à l’intérieur du domicile.

« Avant, les toilettes étaient dans le cellier, ça fait du changement. Et puis, maintenant, j’ai de l’eau chaude dans la cuisine et dans la salle de bains, je ne fais plus chauffer de casserole d’eau. Deux fenêtres sont neuves aussi et j’ai un poêle à bois… »

Ancien salarié dans le bâtiment puis travailleur agricole, M. B. a de modestes revenus et vit depuis 60 ans dans cette maison où il n’a jamais eu de chauffage avant l’hiver 2015. Souffrant depuis quelques années de problèmes de vue importants, il doit être opéré de la cataracte. Même si son acuité visuelle est fortement diminuée, il est conscient des travaux qui ont été réalisés chez lui pour mettre un terme à l’insalubrité de son domicile.

Nombreuses moisissures, défaut d’isolation et d’étanchéité, précarité des aménagements sanitaires, présence d’humidité, absence de ventilation, simple vitrage en mauvais état… Le logement est désormais aux normes après réfection de l’électricité, du chauffage (poêle et radiateurs électriques) et de la ventilation. Les sols ont également été refaits.

Outre le suivi des assistantes sociales, c’est aussi la solidarité de voisinage qui a permis de la rénovation entière de la maison. Depuis 7 ans, la voisine proche s’est particulièrement investie, et a finalement été mise en relation avec l’association « Soliha Solidaires pour l’habitat de l’Ille et Vilaine » qui a monté le dossier (diagnostic, devis et demandes de financement) et suivi les travaux.

« M. B vit vraiment seul et il ne comprenait pas que les travaux durent longtemps… nous lui avions aménagé un petit coin chez lui pour qu’il puisse continuer à vivre à son domicile… », précise la voisine.

Placé sous curatelle à partir de mi-avril, M. B pourra être accompagné dans toutes ses démarches administratives et également dans sa vie quotidienne, pour mieux vivre dans son logement rénové.

La Fondation a financé en partie ce chantier qui s’est déroulé pendant près d’un an dans le cadre de son programme « SOS Taudis ».