"Ce guide du logement, c'est pour éviter la galère"

Témoignage de Mehdi, 23 ans.

 

27/05/2014

Ils sont une dizaine de jeunes à avoir eu l'initiative du Guide du Logement des Jeunes, publié par la Fondation Abbé Pierre à l'occasion de l'opération Abbé Road. Ils ont participé à sa création et ont mené le projet jusqu'à son terme. La plupart ont connu des situations de galère et d'exclusion, comme Mehdi, âgé de 23 ans.

"J'ai connu la galère des foyers d'urgence et si je n'avais pas découvert l'association "Le Refuge", je pense que j'aurais continué à partir à la dérive. Ne pas avoir de toit, ne pas savoir où l'on va dormir chaque soir, c'est vraiment un choc émotionnel."

Depuis 9 mois, Mehdi partage un grand appartement parisien avec 5 autres jeunes colocataires. Avec le service civique qu'il suit en ce moment à la Mairie de Paris, il paye un loyer calculé en fonction de ses revenus, soit 70 euros/mois. Pour ceux et celles qui ne gagnent pas leur vie, une participation de 25 euros est demandée. "L'équivalent de 3 paquets de cigarettes", précise Mehdi. Tous sont également bénéficiaires de la Banque Alimentaire. Ils sont 21 jeunes logés de la sorte à Paris.

"Dormir dans un appartement, c'est le jour et la nuit avec les centres d'hebergement. On est à la rue à 8 heures du matin, sans aucun abri et la précarité est d'autant plus dure à vivre que l'on s'aperçoit qu'on est bien nombreux à la vivre !

C'est un ami à moi qui a contacté l'association "Le Refuge" et qui a donné mon numéro de portable à la ligne d'urgence. Le soir où on m'a appelé, justement, je n'avais de place nulle part. Ça a été ma bouée de sauvetage, clairement."

 

Quand on a galéré, on veut aider les autres

"Mon vécu ces dernières années m'a donné envie d'aider les autres, de travailler dans le social. J'ai postulé pour un Contrat d'Avenir à la Fnars et c'est vrai que j'ai vraiment envie de me mettre au service des personnes en difficulté. 

Ce qui est le plus dur quand on est jeune, c'est le logement. Partout, dans le privé, on vous demande des cautions ou des fiches de paye. Mais quand on commence, on n'a même pas une fiche de paye ! Et les Hlm, je n'en parle même pas, il faut attendre des années à Paris. Le logement, ça devrait être une priorité politique.

Avec un toit sur la tête, on peut envisager son avenir. On peut avoir confiance en l'avenir. Ici, au Refuge, c'est enfin ce que je peux faire. Je suis un battant et je veux un jour avoir une vie normale, un boulot et un logement où je me sente chez moi.

Participer à la création du Guide pour le Logement des Jeunes, c'est une expérience qui m'a plu car elle m'a permis de rendre service aux jeunes. De leur donner les astuces qui peuvent leur éviter la galère. Parce que je suis moi-même encore un peu dedans, c'est vraiment important pour moi de pouvoir aider.

Il ne suffit pas de dénoncer les conditions dans lesquelles on essaye de vivre, il faut trouver des pistes, des solutions pour en sortir. Je suis vraiment bien placé pour en parler et je trouve que ce Guide, c'est un premier pas.

Je considère que moi, j'ai eu de la chance. Il faut que d'autres puissent l'avoir."

Dans moins d'un mois, le 20 juin, le Guide pour le logement des jeunes qui sera distribué tout au long de l'opération Abbé Road, sera paru. Merci à celles et ceux qui l'ont réalisé en mettant en commun leurs expériences ainsi qu'à toutes les associations partenaires de cette initiative exemplaire.