Bienvenue à la Table d’Autres !

Vous êtes seul ? À Woippy, les résidants vous invitent à passer à table une fois par mois. Ils sont aux fourneaux et servent à l’assiette.

01/08/2017

Il est 11 heures à la Pension de famille de Woippy, le soleil de juillet illumine la grande cuisine refaite à neuf l’année dernière grâce au partenariat avec IKEA.

Eric et Jean-Pierre sont en cuisine depuis une heure déjà, et le menu concocté la veille avec Régine, hôte de la maison, prend forme au bout de leurs doigts.

Dans la salle commune, Abil et Marcel ont dressé la table. Dans quelques minutes, ils iront s’habiller pour être prêts à recevoir leurs invités.

« C’est la 3e « Table d’Autres » que l’on organise et je n’ai pas hésité à m’inscrire pour servir. J’aime bien ça et je suis plus doué que pour la cuisine ! On voit du monde, on discute avec les gens et ça me fait plaisir de les voir repartir heureux », précise Marcel, qui plie les serviettes en papier assorties aux assiettes. « Cela fait 3 ans que je suis ici et je me suis rendu compte que c’est important de voir du monde, de ne pas rester enfermé chez soi ; sinon on tourne en rond. »

Abil, loge à la Pension depuis juin dernier. C’est la première fois qu’il fait le service pour la « Table d’Autres » mais il apprécie déjà d’aller tous les vendredis matin sur le grand marché populaire pour servir le café et le petit-déjeuner aux habitants : « J’ai rencontré un Monsieur qui m’a encouragé à venir le voir à son école de la deuxième chance pour que je m’inscrive. Je ne pensais pas que j’allais avoir ce genre de propositions… »

« Pour nous, c'est un vrai repas de noël »

À midi, les premiers invités arrivent. Antoinette et Jenny viennent de la résidence pour personnes âgées toute proche ; Monique vit seule chez elle depuis que son mari est décédé il y a 18 mois et Moussa a été invité par le responsable de l’épicerie solidaire, partenaire de la Pension. En dégustant un cocktail-maison à base de jus de fruits, chacun fait connaissance.

« Vous ne pouvez pas vous déplacer ? Mais, moi je conduis, je viens vous chercher quand vous voulez pour venir avec nous en courses ! » annonce Jenny lorsque Monique précise que depuis qu’elle est veuve, elle n’ose plus sortir de chez elle. « Je me déplace en déambulateur et ça me fait peur… le bus, n’en parlons pas ! »

Juste avant de passer à table, Moussa précise qu’il ne pensait pas trouver une telle hospitalité. « Je croyais que c’était un foyer comme les autres et qu’on allait tous manger ensemble… être servi comme ça, c’est vraiment agréable ! »

L’entrée de saison est colorée et travaillée, le saumon à l’aneth et le flan de courgettes cuits à point, la mousse au chocolat blanc joliment décorée… tout a été préparé par les résidants qui ont même pensé à une solution « au cas où le menu ne conviendrait pas à tout le monde ». Mais ce n’est pas nécessaire, l’enthousiasme et le plaisir partagé sont au rendez-vous. Au cours du repas, Laurie, hôte de la Pension, explique aux invités comment fonctionne la maison.

« Je ne pensais pas qu’il existait des endroits comme ça ! C’est vrai que la solitude, c’est vraiment dur », avoue Monique qui appelle tous les soirs son fils unique au téléphone.

« C’est important de pouvoir recevoir, d’être invité, d’échanger avec les autres et de connaître du monde. Nous le faisons souvent entre nous à la résidence sénioriale », note Jenny qui ne connaissait pas non plus la Pension de famille.

« Moi, j’avais bien vu qu’on offrait du café et le petit-déjeuner sur le marché, mais je n’osais pas aller voir de près. Maintenant que je sais que ce sont eux, je vais aller les voir ! » avoue Antoinette. Ravie de sa journée, elle a découvert la phrase de l’abbé Pierre à l’entrée de la Pension. « C’était un grand homme, je me souviens très bien de l’hiver 54. »

pari tenu

Servir les autres et créer du lien avec la population font désormais partie intégrante du projet de vie des résidants de la Pension. Depuis sa création il y a 15 ans, « la maison des 4 saisons » a pris l’initiative de créer de nombreux événements destinés aux habitants, en partenariat avec la Ville et le tissu associatif local.

« Au début, quand nous avons commencé à aller sur le marché, très peu de résidants s’inscrivaient…. Au bout de 3 ans, le pli est pris et les 17 résidants participent tous d’une façon ou d’une autre ! S’ils ne sont pas sur le marché, ils sont à la Pension pour préparer le repas. Le vendredi, c’est une journée où chacun est au service des autres » précise Laurie.

Les commerçants eux aussi se sont ralliés à cet événement et une quête pour remercier la Pension pour ses petits déjeuners gratuits a même été organisée l’an passé. La Pension en a fait don à la Fondation. En juillet dernier, une tombola a été organisée et en octobre, un loto est prévu. Au mois d’août et jusque fin septembre, la Pension fait relâche.

« Il n’y a pas longtemps, une personne en grande difficulté qui était invitée à notre première « Table d’Autres » est venue nous voir au marché pour nous annoncer qu’elle avait trouvé un travail. En discutant avec elle, un résidant a appris qu’elle partait travailler à pied et qu’elle travaillait de nuit. Il lui a proposé sans hésitation un de ces deux vélos, avec un phare et un gilet jaune en lui disant : « Gardes-le tant que tu en as besoin, et surtout fais attention en circulant la nuit. »