Quand l’insuffisance collective tue !

La Fondation Abbé Pierre dénonce des situations de détresses humaines suite au décès d’une adolescente dans un squat dangereux, le 6 septembre dernier à Grenoble.

14/09/2016 | Crédits photos : © Pierre Faure

Lyon, le 12 septembre

Une adolescente est décédée, le 6 septembre à Grenoble, dans un squat dangereux qu’elle et sa famille avaient rejoint après une fin de prise en charge d’hébergement.

Des drames de ce type, la Fondation en est trop souvent le témoin. Les mois de juillet et d’août ont été le théâtre d’autres détresses humaines : fin d’hébergement et remises à la rue de familles vulnérables dans plusieurs villes de la région ; incendie dans un squat lyonnais sans solution de relogement pour les occupants condamnés à l’errance ; coupure d’eau aux personnes sans abri à Lyon. La liste est malheureusement longue.

La Fondation Abbé Pierre pose aujourd’hui la question de la responsabilité du désengagement des collectivités et plus largement de la puissance publique face aux plus exclus de nos concitoyens, qui les précipitent vers davantage de dangers. Nous ne pouvons tolérer collectivement que des enfants, des hommes, des femmes, meurent électrocutés dans un squat ou un bidonville. Nous ne pouvons justifier que des personnes soient privées de leur toit, qu’elles soient contraintes de vivre dans des refuges dangereux, ou encore à la rue, et qu’elles se trouvent pour cette raison privées d’accès à l’eau.

Des réponses associatives ou plus spontanées et improvisées pallient parfois ce désengagement et cette déshumanisation. La Fondation remercie tous ceux et celles qui accompagnent quotidiennement ces personnes qui, sans elles, seraient condamnées aux logiques d’exclusion parmi les plus dures. Mais l’on sait que ces réponses ne suffiront pas...

La Fondation réclame des réponses rapides, durables et structurelles pour que personne ne soit contraint de vivre à la rue ou de recourir à des abris précaires et dangereux. C’est une question de responsabilité, de justice mais aussi de dignité.

Rappelons que dans la région Auvergne - Rhône Alpes, on compte :

- Près de 15 000 décisions d’expulsion

- Près de 10 000 ménages demandeurs d’hébergement en attente

- 7 695 recours DALO

- Sur les seules agglomérations de Lyon et Grenoble, 500 ménages vivant en squats ou bidonvilles et des centaines de familles et de personnes se trouvant sans solution d’hébergement chaque soir.

 

CONTACT PRESSE

Véronique GILET, Directrice régionale Auvergne-Rhône Alpes : vgilet@fap.fr - 004 37 65 16 52 - 06 34 41 51 56
Mighelina SANTONASTASO, Chargée de relations presse : msantonastaso@fap.fr - 01 55 56 37 45 - 06 23 25 93 79