Solifap : investir dans le logement et créer un emploi.

Dans le Puy-de-Dôme, deux maisons accueillent des demandeurs d'asile et leurs enfants grâce au financement de Solifap.

21/07/2015

L’association Emmaüs Bussières et Pruns, membre d’Emmaüs France, gère depuis 2004 un Centre d’Accueil pour Demandeurs d’Asile (CADA) dans le Puy-de-Dôme.

Elle a la particularité d’accueillir des familles avec enfants dans le cadre d’un projet social qui vise à favoriser l’intégration et la création de liens sociaux avec l’environnement. C’est ainsi qu’un centre de loisirs a été mis en place dans le parc du CADA.

Durant les vacances scolaires, les enfants des familles demandeuses d’asile et les enfants des communes environnantes sont accueillis ensemble au sein d’un centre de loisirs ouvert dans le parc du CADA.

Dès lors que les familles ont obtenu la régularisation de leur situation, elles doivent quitter le CADA et trouver une solution de logement ou d’hébergement autonome et digne. Toutes ne sont pas en capacité immédiate d’y accéder.

 

Remédier à la situation précaire des familles

C’est pour remédier à ces situations que SOLIFAP a été sollicitée par Emmaüs Bussières et Pruns. Une première maison de ville puis une seconde ont été acquises, permettant des offres de logement extérieur et transitoire pour des famille avec deux enfants. Cette expérience a permis à l’un des adultes d’une des familles de retrouver une activité économique avec la communauté proche d’Emmaüs Puy Guillaume.

Emmaüs Bussières et Pruns souhaite accroître l’opération à plusieurs maisons supplémentaires.

« Solifap, en tant que société d’investissements solidaires, s’avère un accélérateur puissant pour faire reculer le mal-logement en France »

La massification de la précarité, combinée au désengagement de la  puissance publique sur les projets associatifs, rend le dispositif sur-mesure de Solifap encore plus indispensable.

Il s’agit de générer un modèle économique durable pour répondre efficacement à des besoins sociaux concrets", confirme Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre.