La maison du répit : accueillir, protéger et aider les mineur.e.s en exil 

 Pour éviter aux mineur.e.s isolé.e.s l’errance dans les camps de Grande Synthe et Calais, une « Maison de répit » a ouvert ses portes à Lille, en mai. 

10/06/2022 | Crédits photos : Droits Réservés

C’est l’association « Utopia 56 » qui est à l’origine de ce projet exemplaire destiné à l’accueil et l’accompagnement des jeunes migrants. Située près de Loos, « la Maison Grand Nord » peut accueillir 13 jeunes mineurs, dans des chambrées de 2 à 3 occupants. La durée de séjour est de 15 jours, renouvelable une fois.

 

 

« La Maison Grand Nord fonctionne comme un foyer, il y a deux salles de bain et deux grands espaces collectifs, le salon et la salle à manger. Pour le déjeuner, les jeunes peuvent manger comme ils veulent et à l’heure qui leur convient. En revanche, le soir, le dîner est pris en commun et deux jeunes sont chargés tour à tour du repas. Il y a aussi des plannings pour l’entretien de la Maison et un règlement intérieur », précise Marine, qui partage avec Rafaël la responsabilité de la Maison.

Dans ce lieu de vie inédit, les jeunes migrants sont en sécurité et peuvent se reposer, reprendre des forces. Il s’agit avant tout d’un espace protégé et bienveillant où l’équipe salariée de la Maison (ainsi que deux coordinatrices de l’antenne lilloise d’Utopia 56) apporte au moment choisi explications et soutien psychologique aux occupants.

« Notre objectif, c’est d’accompagner les jeunes vers l’accès aux droits (prise en charge par l’aide sociale à l’enfance, santé, scolarisation, professionnalisation…), sans oublier l’aide que nous leur apportons pour leurs démarches administratives, s’ils souhaitent rester en France (prévention des risques, régularisation, regroupement familial…)Nous sommes là pour les aider à faire un choix éclairé et non pour les influencer. »

Certains membres de l’équipe encadrante sont en capacité de parler anglais et arabe et un service de traduction par téléphone est également utilisé lorsque cela est nécessaire.

Dès que le jeune occupant se sent mieux, des temps informels et/ou des rendez-vous individuels sont programmés afin de le préparer à la sortie de la Maison, et réévaluer son projet migratoire, s’il le souhaite.