À Clichy-sous-Bois,
« on remercie tous la Fondation Abbé Pierre »

Grâce au fonds d’urgence de la Fondation, ce sont en moyenne 1 000 familles en situation très précaire qui reçoivent chaque semaine  des colis alimentaires depuis le début de la crise sanitaire… Une aide qui se poursuit.

 

 

14/05/2020 | Crédits photos : Nathalie Bardou/Hans Lucas

Pendant 8 semaines, l’« Association  Collectif Liberté Egalité Fraternité Ensemble et Unis » (ACLEFEU) soutenue par la Fondation Abbé Pierre depuis plusieurs années, a répondu à la détresse des habitants des quartiers populaires de Clichy et Montfermeil. Chaque mercredi, ce sont des centaines de colis alimentaires qui ont été distribués à un nombre de famille en très forte hausse au fil des jours de confinement.

« Depuis que l’association est créée, on soutient des centaines de familles. Mais depuis la crise sanitaire, on a vu émerger une nouvelle demande, celle des pauvres parmi les pauvres qui, très vite, ne pouvaient plus tenir. Grâce à la Fondation, nous avons distribué 9 000 colis alimentaires en 8 semaines, on n’aurait jamais pu aider autant sans un tel soutien … » précise Mohamed Mechmache, fondateur d’ACLEFEU.

9 000 : un chiffre saisissant qui rend compte de la difficulté et de la précarité dans ses quartiers populaires situés à quelques km de la capitale. Outre, ces colis, des tickets-service ont été distribués aux familles qui on permis de couvrir des besoins vitaux pendant toute la durée du confinement et qui vont encore permettre aux plus démunies d’entre elles de pouvoir rester debout dans les semaines à venir. Certaines familles vivent en effet avec seulement 2 euros/jour/personne.

« La crise sanitaire laisse maintenant la place à la crise sociale et ce que l’on voit aujourd’hui, ces inégalités criantes qui resurgissent, c’est ce que nous dénonçons depuis 2005, quand nous avons créée l’association.

L’État continue de laisser tomber la banlieue alors que ses habitants et les difficultés qu’ils rencontrent sont toujours les mêmes…Comment faire pour payer son loyer quand on n’a pas de quoi nourrir ses propres enfants ?

Nous sommes vraiment très proches de la Fondation Abbé Pierre et du combat qu’elle mène ; nous aussi nous essayons d’interpeller le Gouvernement pour qu’il fasse quelque chose pour les plus pauvres, notamment en ce qui concerne les loyers.

C’est certain, ce problème des loyers va très rapidement apparaître car les familles vont continuer de nourrir leurs enfants d’abord… ».

Crédits photos : Nathalie Bardou/Hans Lucas

« On a vu sur les visages la honte de venir chercher à manger »

Depuis les premiers jours de la crise, l’association ACLEFEU a renforcé sa distribution alimentaire et fournit encore des milliers de colis tous les mercredis aux habitants qui se pressent devant le centre jeunesse de Clichy-sous-Bois. Produits frais, denrées non périssables, gel lavant… Les nombreux dons de partenaires locaux et les denrées non périssables financées par le fonds d’urgence de la Fondation Abbé Pierre permettent d’équilibrer et de varier le contenu des colis, malgré la distribution massive.

Depuis la crise sanitaire, de nouveaux bénévoles sont venus rejoindre l’association qui compte aujourd’hui quelque 60 bénévoles, dont des aide-soignants et des médecins venus prêter main forte. Car au-delà de l’urgence, c’est l’accompagnement des familles vers l’accès à tous leurs droits qui reste l’objectif principal de l’association.

« Depuis notre création, nous accompagnons les familles dans toutes leurs démarches : logement, santé, éducation, vacances, citoyenneté, parentalité… nous faisons en sorte que les habitants des banlieues ne soient pas oubliés et laissés de côté. Les problématiques sont là, nous les connaissons et nous faisons des propositions et menons des actions partout en France pour que les banlieues puissent s’exprimer autrement que par la violence et qu’elles soient enfin prises en compte.

Avec la crise du Covid, on a encore remarqué l’inertie et le non-soutien du Gouvernement pour les habitants des quartiers populaires et à l’inverse, on a vu la solidarité se multiplier sur notre territoire : on a eu des prêts de camions, de chambres froides pour nos stocks, de lieux de stockage et bien sûr, tous les bénévoles et tous les dons de produits… ce qui se fait dans les quartiers, c’est exemplaire. »

Aujourd’hui, alors que la première semaine de déconfinement s’achève, ACLEFEU organise l’après : des distributions alimentaires itinérantes sur les quartiers de Clichy et Montfermeil où vivent quelque 50 000 personnes.