L'édito du 06 mai 2022
06/05/2022 | Crédits photos : Ljubiša Danilović

Chers Amis,

Un nouveau quinquennat commence et une nouvelle Assemblée Nationale va bientôt être élue. Ainsi, seront renouvelés les pouvoirs exécutif et législatif de notre pays, où l’on compte 300 000 personnes sans domicile fixe et plus de 14 millions de personnes fragilisées par la crise du logement.

À la Fondation, nous espérons profondément que cette nouvelle donne conduira à une politique plus sociale et qui se fixe pour ambition de réduire les inégalités, à une politique qui prenne effectivement en compte le quotidien et l’avenir des plus vulnérables et de toutes celles et ceux qui subissent encore les conséquences de la crise sanitaire.

Nous espérons également que le nouveau gouvernement qui sera bientôt constitué conduise à la mise en place d’un ministère du Logement doté de ressources financières et humaines à la hauteur des défis à relever : permettre à chacun de vivre dans un logement décent et s’y maintenir sans se priver de l’essentiel, via notamment des Apl réévaluées ; apporter une réponse digne et inconditionnelle à chacun, quel que soit son parcours et/ou sa situation ; mettre fin au drame des expulsions locatives en renforçant significativement la prévention ; rénover les 5 millions de logements passoires thermiques qui amputent fortement les dépenses de leurs habitants et nuisent à leur santé comme à notre planète ; augmenter massivement l’offre de logements très sociaux ; maitriser les marchés immobiliers et renforcer la mixité sociale… Ces enjeux sont vitaux pour donner à notre jeunesse des perspectives d’avenir, pour permettre à ceux qui y sont confrontés de sortir de la précarité et à d’autres d’éviter d’y basculer.

Nous en sommes persuadés à la Fondation, nous pouvons bâtir ensemble une société plus inclusive, plus solidaire et fraternelle où chacun puisse vivre dans des conditions dignes et être en capacité de subvenir à ses besoins fondamentaux sur les plans de la santé, de l’alimentation, du logement...

Réduire les inégalités, agir pour le bien de tous et pour notre planète, mieux vivre ensemble, c’est protéger notre République, sa cohésion et la paix dans notre pays comme dans l’Europe aujourd’hui meurtrie. Plus que jamais, la Fondation restera aux côtés des plus fragiles et défendra leur cause en gardant à l’esprit les mots de son fondateur : « Il n’y a de bien de personne sans le bien de tous ».