L'édito du 13 mai
09/05/2019 | Crédits photos : Ljubiša Danilović

Chers Amis,
 

Comme vous avez pu le découvrir dans cette vidéo, il est possible d’agir pour que celles et ceux qui sont mal logés puissent vivre dignement et durablement chez eux, qu’ils soient locataires ou propriétaires. Chaque jour, les bénévoles et les salariés de la Fondation s’emploient à continuer le combat que leur a légué son fondateur, l’abbé Pierre, et à faire vivre les valeurs de fraternité et de solidarité dont notre société a tant besoin.

Ces derniers jours, l’actualité nous a rappelé le drame de l’effondrement des 2 immeubles à Marseille qui a causé la mort de 8 personnes il y a 6 mois. Depuis ce tragique accident qui aurait pu être évité, la Fondation, des associations et des collectifs citoyens se sont tenus aux côtés des 2 600 personnes délogées, adultes et enfants, afin de les accompagner et les soutenir dans leurs démarches quotidiennes et favoriser leur relogement dans les meilleures conditions possibles.

Aujourd’hui encore, la Fondation continue de soutenir les victimes avec les associations et collectifs locaux et interpelle avec eux les pouvoirs publics afin que des mesures dignes de ce nom soient prises pour éradiquer l’habitat indigne. Il reste encore un millier de personnes non relogées depuis la catastrophe et plus largement, 100 000 personnes vivent dans de très mauvaises conditions d’habitat dans la deuxième ville de France.


Grâce à votre générosité, la Fondation et son réseau de partenaires permettent à des milliers de personnes, adultes et enfants, de sortir de l’exclusion et du mal-logement et depuis 2012, à Marseille comme sur tout le territoire, la Fondation a étendu son programme « SOS Taudis », grâce auquel elle finance des travaux de réhabilitation et de rénovation de logements vétustes... En France, rappelons-le, il existe encore 600 000 logements indignes.


De tels chiffres et de tels drames montrent combien il est urgent que la responsabilité de l'État, comme des collectivités locales, soient engagées plus énergiquement : il faut impérativement intervenir massivement pour construire plus de logements accessibles ; il faut poursuivre la lutte contre les marchands de sommeil et renforcer les permanences d’accès aux droits pour que les plus fragiles puissent se défendre ; il faut continuer à soutenir l’habitat social et renforcer les APL… autant de mesures vitales pour éviter d’autres événements tragiques et sortir enfin notre pays de la crise du logement qui a déjà fait tant de victimes.