L'édito du 28 juin
28/06/2019 | Crédits photos : Ljubiša Danilović

Chers Amis,

Alors que le Premier ministre a présenté son discours de politique générale il y a quelques jours à l’Assemblée nationale, la Fondation et plus de 40 organisations signataires du Pacte social et écologique ont décidé d’interpeller le Gouvernement. C’est en effet maintenant qu’il faut agir pour inverser la tendance et susciter une ambitieuse transformation du pays vers une société plus juste et écologique. Pour la Fondation, il est urgent, au-delà de l’intention générale affichée par nos responsables politiques, que des actes soient effectivement posés.

La période qui s'ouvre nous fait entrer dans la séquence des arbitrages budgétaires et de la préparation de la loi de finances 2020. Plus que jamais, les décisions financières et les mesures fiscales qui vont être prises, doivent conduire à une ambitieuse transition sociale et écologique.

Chaque jour, à la Fondation Abbé Pierre, nous avons l’occasion de voir combien agir contre le mal-logement, c’est agir simultanément pour la dignité des personnes et sur la préservation de notre environnement. Grâce aux programmes « Toits d’abord » et « SOS Taudis », des milliers de ménages vivent aujourd’hui dans des conditions décentes et les économies de charges réalisées leur donnent effectivement un pouvoir de vivre accru. Mais chaque jour également nous mesurons l’injustice sociale que représente le non logement ou le mal-logement.

Revenu Universel d’Activité, loi énergie-climat, lutte contre l’habitat indigne… les chantiers comme les urgences sont là sous nos yeux et la grande majorité de nos concitoyens attendent des réponses solidaires et respectueuses de notre planète. À nos responsables politiques de se donner maintenant les moyens d’agir avec détermination dans cette direction.