À Madagascar, début de la seconde phase d’
« Un Logement Digne pour Toutes et Tous »

La Fondation et l’Agence Française pour le Développement se sont engagées jusqu’au 30 juin 2024 dans la seconde phase du projet « Un Logement Digne pour Toutes et Tous ».

Play
15/09/2021 | Crédits photos : DR

Avec un budget de plus d’un million d’euros et pendant 3 ans, la Fondation poursuit son engagement au côté des plus habitants les plus précaires de la capitale malgache.

Elle prolongera son intervention dans les 10 fokontany d’Antananarivo de deux arrondissements de la Commune urbaine d'Antananarivo (anciens villages traditionnels malgaches), en mobilisant simultanément des acteurs locaux de la société civile et de de l’urbain derrière l’association Fonenenana Mendrika), cheffe de file de cette mobilisation inédite.

L’objectif de cette seconde phase est de promouvoir et expérimenter des modèles d’habitat social innovants, avec et pour les habitants, là où se cumulent la grande pauvreté, des bâtis en matériaux de récupération et le manque de services de base.

Des résidents citoyens à part entière

Lors de la 1re phase du projet « Un Logement Digne pour Tous », plus de 650 ménages vulnérables avaient bénéficié soit de la reconstruction de leur logement, soit de sa rénovation ; 300 ménages avaient été formés à l’agriculture urbaine et 209 tâcherons à la construction traditionnelle.

En s’appuyant sur l’approche individuelle portée à 80 % par des femmes et développée pendant les 3 années précédentes, une approche plus globale (organisation de micro-quartiers, planification urbaine, etc.) favorisant la mobilisation citoyenne sera développée tout au long de cette seconde phase. Deux Zones d’Aménagement Solidaire (ZAS) seront définies sur le périmètre d’intervention.

 

Des quartiers aménagés favorisant l’expérimentation technique et sociale

La mobilisation citoyenne sera encouragée par le biais d’opérations groupées d’aménagement urbain (production d’habitat social, requalification des espaces communs) avec et pour les habitants, en favorisant des techniques constructives innovantes.

Au terme du projet, 900 ménages, soit 4 500 personnes, adultes et enfants, verront leur cadre de vie amélioré et 15 000 personnes seront sensibilisées au droit à la ville et aux difficultés liées à l’accès au logement décent dans les quartiers précaires de la capitale malgache.

Les travaux de recherche sur les conditions de vie des habitants de ces quartiers précaires permettront également d’entamer un travail de plaidoyer auprès des autorités locales.