Paroles de mal-logés

En Bretagne, les personnes en situation de mal-logement en milieu rural ont également souffert de la crise sanitaire…

10/07/2020

Corinne retrouve le sourire quand elle parle, cela s’entend au téléphone. « Les travaux vont enfin commencer la semaine prochaine. J’avoue que c’est vraiment une nouvelle étape dans ma vie », précise-t-elle. Hébergée chez une amie depuis le début de la crise sanitaire, Corinne vient chaque jour chez elle nourrir ses animaux et s’occuper de son potager. Mais l’attente est longue et l’espoir de revoir ses enfants dans la maison rénovée avant l’été faiblit depuis quelque temps…

Corinne s’est installée à Saint Dolay, petit bourg situé dans le Morbihan, au pied de la Vilaine, en 2014, avec ses deux enfants. Bénéficiaire de l’Allocation Adulte Handicapé et en recherche d’emploi, elle avait à l’époque investit le petit pécule de son héritage dans une maison insalubre, seul bien accessible pour ses modestes revenus.

« Je voulais revenir sur les terres de ma famille. Je cherche toujours du travail mais dans ma situation, c’est vraiment difficile… Aujourd’hui, je vis seule car mes deux enfants sont partis et travaillent désormais. J’ai attendu pendant 4 ans que les travaux puissent se faire grâce à l’aide de la Fondation et de la Soliha et au moment où ils allaient avoir lieu, on a été confiné.
La période a été vraiment dure pour moi. Je ne voulais pas rester seule dans la maison que j’avais vidé pour les travaux… Heureusement qu’une très bonne amie à moi a pu m’héberger, sinon je crois que je n’aurais pas tenu le coup. »

Changement de toutes les huisseries et fenêtres, nouvelle chappe ; remise aux normes de l’électricité et de la plomberie… La maison de 90 m2 sera à nouveau accessible à partir du mois d’octobre prochain. Mais pour Corinne, l’attente hors de la maison a assez duré.

« Je vais m’installer dans le jardin et camper pendant les travaux. Je veux rentrer chez moi. Je vais continuer à m’occuper de mon potager… Cette maison enfin rénovée, c’est mon projet prioritaire. Je pense que ces travaux vont me permettre aussi de me reconstuire, moi. Il n’y a pas que la maison qui va être ravalée ! Retrouver l’estime de soi, pouvoir inviter des amis… c’est vraiment une reconstruction personnelle qui va commencer… »