Une Pension de famille au Cateau-Cambrésis
03/07/2019

Financée en partie par le programme « Toits d’Abord » de la Fondation, la Pension est la seule structure de ce type sur le territoire.

Après 3 ans de fonctionnement, la Pension a trouvé son rythme de croisière et les logements sont quasiment tous occupés. « Il y a quelques départs, mais dans l’ensemble les habitants se plaisent bien ici. La spécificité de notre Pension, c’est qu’elle se trouve sur le même terrain que les autres services que l’association propose à toute la population locale (hébergement, relogement, violences conjugales...). Les deux bâtiments se font face et nos bureaux sont dans la même partie que la salle de vie ; cela crée une dynamique et de vraies relations de confiance. Depuis l’ouverture, nous n’avons jamais eu le moindre souci… Ce sont les habitants de la Pension qui entretiennent tous les espaces verts, ils s’investissent vraiment ; grâce à leur travail et avec les économies réalisées, nous avons pu acheter un baby-foot et nous allons construire un terrain de pétanque », précise Gaëlle Delvaux, la directrice de l’association « Havre » qui gère la Pension.

Installée sur 5 000 m2 de terrain, la Pension est entourée par les champs et à quelques minutes à pied du bourg du Cateau où tous les commerces ainsi qu’un hôpital sont disponibles. Construite en briques et en ardoise, répondant aux normes BBC, la Pension est équipée d’un chauffage au gaz. La Pension compte également deux logements pour couple.

« Cet été, nous avons prévu plusieurs sorties loisirs ou culturelles. Chacun s’inscrit selon son envie ; une grande journée pêche est organisée en juillet et une sortie en bord de mer, en août. À la rentrée, nous irons également en Belgique découvrir le plus grand zoo européen… » précise Nicolas, hôte à la Pension depuis son ouverture, avec Anne-Sophie.

Marie-France est la seule femme de la Pension. Après avoir vécu en foyer, elle est arrivée il y a deux ans à « La Clef des Champs ». « J’ai 64 ans, je participe à beaucoup d’activités car j’aime bien ça ; je m’entends bien avec tout le monde et j’aime beaucoup aussi les repas collectifs du mercredi soir. Ici, on a la liberté et quand on veut parler, il y a la possibilité d’aller voir Nicolas ou Anne-Sophie. Je suis vraiment bien ici »

 

Une raison de vivre

Eric, 53 ans, est le délégué des 23 habitants de la Pension. « Quand il y a un problème, ils viennent me voir et on en parle. Franchement, vivre ici c’est nickel. C’est grâce à la Pension que j’ai arrêté de boire. » Depuis plus de 2 ans qu’il vit ici, Eric ne boit plus une seule goutte d’alcool et ses 10 ans passés dans la rue sont désormais bien loin. « Ici, je me sens en sécurité, j’ai retrouvé le goût de vivre ; l’envie de prendre soin de moi, de cuisiner, de m’occuper de mon logement…. Dans la rue, j’avais perdu le sens de l’hygiène, je n’avais plus aucune responsabilité. Vraiment, ici, j’ai retrouvé une raison de vivre et je compte rester ici le plus longtemps possible. »