« Ainsi valse la vie » : du clip à la réalité.

Black M a rencontré des personnes accueillies dans les Boutiques Solidarité de Gagny et Gennevilliers à la Fondation, hier, jeudi 28 novembre, avant de leur offrir un petit concert privé.

29/11/2019 | Crédits photos : Christope Da Silva

Un peu plus de 17 heures au siège de la Fondation. Une vingtaine de personnes accueillies dans les Boutiques Solidarité du réseau de la Fondation et des jeunes de l’association ACLEFEU de Clichy-sous-Bois découvrent le dernier clip de Black M, « Ainsi valse la vie », le parcours d’un homme, de la scène à la rue.

« C’est vrai ce qu’il dit, c’est ma vie. Moi, comme dans le clip, j’ai connu les vacances au soleil et l’hiver au ski… Puis ma femme m’a quitté et j’ai perdu mon travail… je ne suis pas le plus malheureux. Moi, je dors dans ma voiture et je n’ai jamais appelé le 115 », précise Mohamed, qui fréquente depuis plusieurs mois la Boutique Solidarité de Gennevilliers.

Pouvoir recevoir son courrier, prendre une douche, laver son linge ; trouver une écoute bienveillante et ne pas se retrouver seul dehors… chaque jour, comme Mohamed, une centaine de personnes, principalement des adultes, franchissent le seuil de cet accueil de jour qui fait partie du réseau de la Fondation Abbé Pierre.

« Venir à la Boutique, cela me fait du bien. Je fais des rencontres, j’aime bien discuter et être en contact avec les autres. Hier matin, j’ai pleuré en écoutant un migrant me raconter comment il a failli mourir en traversant la Méditerranée… ce monde de la rue, avant, je ne le connaissais pas. On ne se rend pas compte et ça peut arriver à tout le monde », poursuit-il.

« Je viendrai vous voir »

Black M qui soutient la Fondation depuis 2016, a pris le temps d’écouter et de répondre à chacun, promettant de venir rencontrer les uns et les autres à Gennevilliers et à Clichy-sous-Bois.

« Ton clip, on espère qu’il va réveiller les consciences, qu’il va rendre visibles ceux qui sont dans la galère » … « C’est pour ça que je l’ai écrit, j’espère qu’il va changer le regard des gens » confirme le rappeur. « La musique, ça sert à transmettre des choses et si je peux aider, c’est avec plaisir. »

« Merci Black M, merci la Fondation »

Avant de monter dans le bus pour aller rejoindre les musiciens de Black M et partager un moment de musique inédit chez Sony, Harry, a osé demander un conseil à la star du rap qu’il suit depuis longtemps. « Merci pour ce clip, il montre bien qu’on peut partir du bas de l’échelle et monter haut. Mais qu’on peut aussi tomber bas après être monté… Moi, j’ai toujours rêvé d’écrire des chansons et de faire du rap,  j’en fais un peu, du rap latino et créole. J’aimerais bien que tu me donnes un conseil… »… « Fais-moi écouter ce que tu fais et je te le donnerai. »

Avant de partir, une séance photos a été improvisée pour immortaliser ce temps d’échange à la Fondation. Des photos où tout le monde a le sourire. Des photos qui parlent de fraternité et de solidarité « parce qu’on est tous des humains, des personnes fragiles et qu’on peut tous avoir besoin d’aide à un moment dans la vie. Personne n’est invincible », conclue Ibrahim.