Rénover les copropriétés, aider les habitants

Le programme « SOS Taudis » aide au maintien des habitants dans leur logement  et soutient la rénovation de copropriétés dégradées.

19/05/2020 | Crédits photos : DR

À Bondy (93), les 4 bâtiments vétustes de la copropriété « La Bruyère » construits dans les années 60 vont être entièrement réhabilités. Les travaux ont débuté en décembre dernier et s’étaleront sur 27 mois.

Menuiseries extérieures, toiture, régulation du chauffage, peinture, électricité, espaces extérieurs, isolation thermique et phonique, l’ensemble des 176 logements et des parties communes seront ainsi rénovés. Mais ces travaux de grande ampleur se révèlent insurmontables financièrement pour certains habitants aux ressources très modestes. Pris en étau, certains risquent la saisie immobilière.

L’appel de fonds a eu lieu en novembre 2019 et les propriétaires en difficulté ont eu jusqu’à juin dernier pour régler leur quote-part. L’association « Soliha Est Parisien » qui intervient depuis plusieurs années sur cette copropriété, a sollicité le programme « SOS Taudis », pour venir en aide à certaines familles parmi les plus fragiles et leur permettre ainsi de se maintenir dans leur logement.

« Grâce à des délais de paiement accordés, la plupart des copropriétaires ont réussi à assumer le coût des travaux. Mais certains, malgré leurs efforts financiers, n’auraient pu éviter la procédure judiciaire et le risque d’expulsion sans l’aide de la Fondation », précise Hélène Lasserre, chargée de mission copropriété chez Soliha.

Mansha est Pakistanais, il vit à Bondy depuis 30 ans. Autoentrepreneur, il travaille sur les marchés. Avec sa femme et ses 3 enfants, il s’installe en 2010 dans la copropriété. Avec ses revenus modestes et souvent aléatoires, ce père de famille a parfois eu du mal à s’acquitter de ses charges, mais aujourd’hui il n’a plus de dette. Il est l’un des neuf ménages bénéficiaires de l’aide financière.

« Avant, nous vivions à 4 dans un deux-pièces insalubre. J’ai cherché un logement plus grand à louer et une agence immobilière m’a proposé d’acheter. J’ai dit oui, je voulais faire cet investissement pour mes enfants… avoir un jour quelque chose qui nous appartienne. »

 

Quand les travaux ont été annoncés, j’ai eu très peur

« On se prive un peu de nourriture, on ne prend pas de vacances, mais au moins on est chez nous. Ici, nous sommes heureux. Quand les travaux ont été annoncés, j’ai eu très peur, c’était beaucoup d’argent. Puis, j’ai su qu’on allait m’aider, ça m’a soulagé. C’est sûr, une fois que les travaux seront faits, ça va changer notre vie ! On aura moins froid, on entendra moins de bruit ; on aura une cave et une place de parking. »