Lutter contre l’exclusion, porter son regard sur l’autre.
14/11/2018 | Crédits photos : ©Lee jeffries/Almann+Pacreau pour la Fondation Abbé Pierre, 2018

Dans un contexte géopolitique tendu, où la crise migratoire, le repli sur soi et les questions identitaires libèrent les discours et des tensions sociales fortes, la Fondation Abbé Pierre appelle à lutter contre l’indifférence avec une nouvelle campagne de sensibilisation.

Lutter contre l’exclusion, cela commence par le plus simple des gestes : porter son regard sur l’autre. Ce sont ces regards que la Fondation Abbé Pierre - grâce au travail de l’agence Altmann+Pacreau et sous l’objectif du photographe Denis Rouvre -, a décidé d’afficher sur plus de 7000 supports sur tout le territoire, à partir du 13 septembre et durant tout l’hiver.

En remerciant tous ceux qui, en commençant par un regard, agissent contre l’indifférence, la Fondation Abbé Pierre attire l’attention du public sur le sort des plus exclus parmi les exclus – les personnes sans domicile ou reléguées à vivre dans des bidonvilles, les migrants et les réfugiés, … - et l’invite à tendre la main.

Cette large campagne d’affichage est complétée par un dispositif numérique inédit. En cliquant regardez-moi.fondation-abbe-pierre.fr, une fausse publicité s’enclenche. Le spectateur a alors le choix : ignorer la personne sans domicile qui s’affiche à l’écran - comme on « ignore » les publicités sur les plateformes vidéos - ou bien poursuivre son visionnage. Si le spectateur regarde la vidéo jusqu’au bout, il découvrira le regard de cette personne et en sera remercié. S’il clique sur le bouton « ignorer », il sera alors invité à être moins indifférent la prochaine fois.

Cette nouvelle campagne fait résonner à nouveau les mots de l’abbé Pierre, synthétisés depuis 2016 dans la signature de la Fondation : « Être humain ».

Cette signature, la Fondation Abbé Pierre la met en oeuvre au quotidien, en soutenant chaque année plus de 900 projets, pour que toutes les personnes démunies et fragilisées retrouvent leur dignité grâce à l’accès et au maintien dans un logement décent.

Cette campagne est donc aussi l’occasion de rappeler que les actions de la Fondation ne pourraient voir le jour sans la générosité du public et la mobilisation de tous ses donateurs.

contrelindifference.fondationabbepierre.org

« Il faut une bonne fois décider de regarder les choses comme elles sont pour savoir quoi faire, et puis les faire », Abbé Pierre

 

« Ce que j’aime, c’est l’effet coup de poing »

Denis Rouvre, photographe professionnel, a réalisé la campagne d’hiver de la Fondation qui a débuté le 14 novembre dernier.

Le regard est le fondement de cette campagne. Un sujet dont vous avez l’habitude ?

« Oui car je ne suis pas un photographe publicitaire. L’individu est au cœur de mon travail et c’est mon sujet de prédilection. Je considère que c’est un héros contemporain ; la dignité, la singularité font partie de mes thèmes favoris. J’ai fait il y a quelques temps un gros travail sur l’identité. Dans cette campagne, j’ai été particulièrement sensible aux détails du visage, à l’épaisseur des personnes, de ce qu’on peut lire d’elles au-delà de la surface. J’ai beaucoup travaillé sur la fragilité, sur l’émotion, sans qu’il y ait de mise en scène particulière. »

Quelle est la force de cette campagne, selon vous ?

"Elle interpelle les gens, il y a un effet très « coup de poing car les regards racontent une histoire vécue.  Les visages parlent d’eux-mêmes. Il y a un lien très fort entre l’image du regard et l’accroche, c’est saisissant. Dans ces visuels, il n’y a pas de faux-semblants, c’est ça la force. L’indifférence, la perte de la dignité sont des sujets très actuels qui nous interpellent tous et qui interpellent l’homme en général."