La Fondation Abbé Pierre propose aux candidats aux élections municipales de Marseille 5 axes d’action pour une meilleure politique locale du logement.
04/11/2019 | Crédits photos : Delphine Picard

L’effondrement des deux immeubles rue d’Aubagne, causant la mort de 8 personnes et le délogement de plus de 3 100 habitants, a mis en lumière l’ampleur de l’habitat indigne dans la métropole marseillaise et plus généralement l’importance dramatique du mal-logement.

Un an après ce drame et à l’aube des élections municipales, la Fondation Abbé Pierre souhaite proposer des axes de développement d’une véritable politique locale du logement et de l’habitat. En effet, au-delà des effondrements, l’augmentation du nombre de personnes sans domicile ou contraintes de vivre dans des logements indécents ou sur-occupés, la longueur des délais d’attribution de logements sociaux, l’augmentation des expulsions sont autant de révélateurs de l’insuffisance et des dysfonctionnements. des réponses en matière de logement à Marseille.

Au-delà des intentions annoncées à la suite du drame, la Fondation Abbé Pierre demande des engagements concrets de la part des candidats aux élections municipales

  • Placer l’habitat et le logement comme priorité n°1 du prochain mandat, avec le rattachement des délégations habitat et logement au maire et au président de la métropole et, à défaut, à son premier adjoint.
  • Produire massivement du logement accessible et rééquilibrer l’offre de logement social, notamment en respectant les objectifs de la loi SRU, en produisant plus de logements très sociaux ou encore en mobilisant le parc privé.
  • Résorber en 10 ans l’habitat indigne, en déployant un grand plan de lutte contre l’habitat indigne, accompagné de moyens, pour le repérer, racheter les immeubles dégradés et les restaurer, aider les propriétaires privés à réaliser les travaux, créer une coordination des acteurs qui manque aujourd’hui et lutter résolument et efficacement contre les marchands de sommeil.
  • Résorber durablement le sans-abrisme et les bidonvilles, en se donnant des objectifs clairs, en mettant en oeuvre le plan « Logement d’Abord », en respectant la déclaration des droits des personnes sans-abris et en participant, y compris financièrement, à une vraie stratégie de résorption des squats et bidonvilles.
  • Garantir l’accès et le maintien dans le logement, notamment en facilitant l’accès à un logement abordable et de qualité et en attribuant prioritairement les logements sociaux aux personnes les plus modestes.

Sur le plan national, la Fondation Abbé Pierre continuera à se battre sans relâche aux cotés des personnes vivant en habitat indigne, via son programme SOS Taudis et l’accompagnement juridique qu’elle propose, mais également en continuant à interpeller le gouvernement et l’ensemble des pouvoirs publics. Résorber l’habitat indigne est possible : la Fondation Abbé Pierre a proposé en janvier 2019 un plan national sur 10 ans resté, encore aujourd’hui, sans réponse suffisamment claire et ambitieuse du gouvernement.

CONTACTS PRESSE

Anne Lambert de Cursay, chargée des relations médias • alambertdecursay@fap.fr
06 23 25 93 79