Procès de marchands de sommeil parisiens
du 23 au 25 novembre 2020 :
la Fondation Abbé Pierre se constitue partie civile.

19/11/2020 | Crédits photos : Delphine Picard

La semaine prochaine, du 23 au 25 novembre, devant la 31ème Chambre correctionnelle du Tribunal judiciare de Paris* se tiendra le procès de marchands de sommeil, propriétaires d’un ensemble immobilier situé rue de Meaux (75019) et frappé de plusieurs arrêtés d’insalubrité et de péril. Accompagnant des occupants depuis 6 ans et au regard de la gravité de la situation et des faits reprochés au prévenu, la Fondation Abbé Pierre a décidé de se constituer partie civile au procès.

En 2014, un occupant pousse la porte de l’Espace Solidarité Habitat de la Fondation Abbé Pierre. Son plancher s’est effondré et après avoir demandé à son bailleur une mise en sécurité de son logement, il se retrouve mis à la porte. Les serrures de son appartement sont changées en dehors de toute procédure judiciaire.

De fil en aiguille, les équipes de la Fondation rencontrent des dizaines de personnes, dont des enfants, vivant dans des logements très dégradés. L’immeuble est en péril, les occupants démunis et le bailleur extrêmement menaçant. Après une enquête approfondie, la Fondation découvre un enchevêtrement de SCI particulièrement complexe et décide de déposer une plainte contre X auprès du Procureur de la République de Paris. La Fondation Abbé Pierre entend, la semaine prochaine, se constituer partie civile au procès.

Trois jours, c’est le temps qui sera nécessaire pour entendre toutes les victimes. La Fondation Abbé Pierre attend de ce procès que justice soit faite au regard des agissements des sociétés et individus qui profitent d’une crise aigüe du logement et de la vulnérabilité des personnes les plus démunies pour faire des profits au détriment de tout respect de la dignité humaine.

* Les audiences débuteront chaque jour à 13h30.

CONTACT PRESSE

Anne Lambert de Cursay, Chargée des relations médias
alambert@fap.fr - 06 23 25 93 79