L’abbé Pierre à la Sorbonne : les 50 ans de l’Appel du 1er février 1954

Le 2 février 2004, à l’occasion de la remise du rapport mal-logement, l’abbé Pierre interpelle les responsables politiques et demande de relancer la production de logements sociaux.

L'Abbé Pierre et Gilles de Robien, ministre du Logement en 2004
30/07/2013

Le 2 février 2004, à l’occasion de la remise du Rapport sur l'Etat du Mal-Logement en France 2004, l’abbé Pierre interpelle les responsables politiques et demande de relancer la production de logements sociaux.

 

Au lendemain du cinquantième anniversaire de son appel, l’Abbé sait qu’il peut compter sur sa « force d’interpellation » : dans un climat de précarité croissante, ses mots frappent juste. Les politiques savent qu’ils ne peuvent rester sans réagir : la crise du logement remet en cause l’exercice des droits fondamentaux des citoyens et peut se révéler un danger pour la démocratie. Prémonition confirmée, entre autres événements, lors de la révolte des cités en novembre 2005.

Le rapport 2004 de la Fondation invite à relancer la production de “logements très sociaux” à destination des ménages les plus modestes. Surtout, il insiste une fois de plus sur la nécessité de faire respecter la loi, qui fait obligation aux communes de plus de 50 000 habitants de construire 20 % de logements sociaux. Le 6 février, Jean-Pierre Raffarin, alors Premier ministre, annonce l’organisation, à l’automne 2004, d’un « grand débat national sur le logement social » et promet le lancement d’un « plan de bataille pour lutter contre l’insalubrité sur l’ensemble du territoire », prévoyant notamment la possibilité de « séquestrer les biens des marchands de sommeil ».