Au Kenya, améliorer les conditions de vie de plus de
16 600 personnes

Depuis le 1er septembre, la Fondation finance sur 3 ans un programme d’amélioration des conditions de vie et d’habitat à Nairobi et Busia.

13/09/2021 | Crédits photos : DR

C’est avec l’association « PADEM » qu’elle soutient financièrement, que la Fondation participe à ce grand projet de solidarité internationale incluant la constitution de 2 quartiers-modèle, le développement de l’accès au logement sûr et pérenne et l’éducation et la protection des habitants particulièrement vulnérables dans les bidonvilles de Mathare et Kibera ainsi que dans le comté de Busia.

Les familles très pauvres des bidonvilles de Nairobi louent leur maison à des propriétaires légaux ou illégaux et les loyers sont souvent élevés par rapport à l'état des logements composés le plus souvent d'une seule pièce. Les combustibles utilisés pour cuisiner sont le kérosène, le charbon et le gaz, impliquant des problèmes de pollution de l'air intérieur et des risques d'incendie.

À Kibera, un terrain acquis par l'association permettra la construction d’un immeuble de 17 logements. "PADEM" prévoit en outre de rénover et d’équiper 150 logements d'autres ménages. Dans le bidonville, la sensibilisation et les capacités en matière d’hygiène des familles les plus fragiles seront développées, ainsi que la formation à l’épargne et au micro-crédit ; le système de drainage et le système de tri et de collecte des déchets seront améliorés et une action de sensibilisation à la protection de l’enfance et à la lutte contre les violences est également prévue.

Présente au Kenya depuis plus de 10 ans, l’association « PADEM » travaillera sur place avec deux de ses partenaires locaux historiques, la « Kibera Girls Soccer Academy » et le « Legacy Education Centre ».

À Mathare, l’achat d’un terrain permettra de construire et d'équiper une école pour 200 élèves et 9 logements sont créés. L’association prévoit également d’améliorer la sûreté et la sécurité de 50 familles grâce à l’installation d’un éclairage solaire public. De plus, l’association fournira une formation professionnelle à 20 familles.

Dans la zone rurale de Busia, l’une des plus pauvres située à l’ouest du pays, les habitants construisent leur logement en fonction de leurs besoins et de leurs capacités. Dans le comté, PADEM prévoit la mise en place de groupes d’épargne, la mise à disposition de fonds renouvelables, ainsi que la construction et rénovation de logements. L’association travaillera également à la sécurisation des habitants dans leur quartier. Au total, 3 000 personnes devraient bénéficier de toutes ces actions.