À Cuba, la Fondation participe à la rénovation de la vieille Havane

En 2021, la Fondation participe à la rénovation des quartiers paupérisés de La Havane, parmi les plus densément peuplés au monde.

17/02/2021 | Crédits photos : Néstor Martí (OHCH)

Ce projet exemplaire, mené par CARE France et soutenu à hauteur de 60 % par la Fondation, se décline sous trois volets qui permettront d’améliorer les conditions de vie et d’habitat de près de 21 500 personnes, adultes et enfants, favoriseront l’inclusion sociale et professionnelle des jeunes et participeront également à la protection de l'environnement.

Dans les quartiers de la vieille Havane qui datent du XIXe siècle, des rares travaux de rénovation réalisés n’ont pu débuter qu’à partir de 1982, date à laquelle cette partie historique de la ville a été déclarée patrimoine mondial de l’Unesco.

De 2021 à 2022, le projet soutenu par la Fondation dans le cadre de la Solidarité Internationale portera simultanément sur la rénovation des installations sanitaires particulièrement vétustes dans les logements protégés destinés aux personnes âgées et isolées. 77 personnes devraient en être bénéficiaires.

L’amélioration des installations sanitaires sera également effectuée dans les logements de transit dans lesquels les familles sont relogées pendant les gros travaux de réhabilitation réalisés dans les logements particuliers. Les familles peuvent parfois y séjourner pendant 5 ans.



Parallèlement à cette double intervention sur des logements individuels, une intervention sur l’espace collectif est également programmée dans deux sites de la vieille ville où l’absence d’espace vert est particulièrement forte et se situe bien en dessous des critères de l’OMS qui prévoit 10 à 15 m2 d’espace vert/habitant. À La Havane, ils atteignent tout juste 2,6 m2

Deux jardins verticaux seront aménagés : le premier au sein d’un centre pour adolescents et le second dans une rue borgne. Près de 21 500 habitants verront ainsi leur cadre de vie s’améliorer et bénéficieront ainsi de végétation et d’espace au quotidien.

Cette solution technique innovante sera par ailleurs pérennisée sous la forme d’un enseignement financé localement à l’école professionnelle du Patrimoine. Une centaine d’élèves déscolarisés et sans emploi devaient bénéficier de ces cours de formation aux techniques de jardins verticaux.