Hommage
16/04/2019 | Crédits photos : ©Séb!Godefroy

Le 26 janvier 2007, la dernière messe de l'abbé Pierre fut celle de ses funérailles, avant qu'il ne rejoigne la terre normande d'Esteville où il est désormais enterré aux côtés de ses premiers compagnons. Elle eut lieu en la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui vient de connaître un drame ayant entraîné une destruction partielle de sa toiture et de nombre des joyaux patrimoniaux qu'elle abritait.

Ce matin, toutes celles et ceux qui assistèrent à ses obsèques, s'en souviennent comme d'un moment extrêmement fort et infiniment triste. Mais aussi un moment impressionnant dans un cadre qui ne l'était pas moins. Ce cadre n'est plus.

La Fondation Abbé Pierre, toutes celles et ceux qui la composent, qui lui permettent d'agir, toutes celles et ceux à qui elle vient en aide, ne peuvent qu'être profondément affectés par l'incendie qui a mis à bas une œuvre fortement liée à l'histoire de l'abbé Pierre lui-même.

Elle fait confiance à ses proches qui le souhaitent pour participer à la mesure de ce qu'ils peuvent à l'effort de la Nation pour sa reconstruction, eux qui n'oublient jamais son combat pour la vie et pour la dignité qu'ils soutiennent sans faillir, et qu'ils préservent comme un acte essentiel de Fraternité en direction des plus fragiles.

Ce matin, si l'abbé Pierre avait vécu la soirée dernière, nul doute qu'il aurait été fier de porter son emblématique cape. Une cape qui lui avait été offerte par un pompier de Paris, le lieutenant-colonel Sarniguet, et qu'il n'a jamais quittée. Ces pompiers qui, la nuit entière, ont lutté contre l'impossible pour finalement sauver de la disparition un des plus importants témoignages du patrimoine de l'Humanité. Qu'ils en soient remerciés.