« L’hiver dernier, j’étais au chaud, je n’ai pas vu la saison passer »

À Saint-Dolay, Mme D. a bénéficié du programme « SOS Taudis » de la Fondation.

09/11/2021 | Crédits photos : Ljubiša Danilović

Pendant l’hiver 2020, Mme D. a dormi sans bonnet et sans doudoune. Sa maison parfaitement isolée et équipée de convecteurs à inerties pour le chauffage, lui permet désormais de passer les mois les plus froids de l’année avec une température de 18,5° à son domicile.

« Pendant 6 ans, je me suis chauffée avec un vieux poêle à bois. J’arrivais à avoir 14 degrés maximum dans la maison. Rien n’était aux normes, les fenêtres étaient en simple vitrage et aucun mur n’était isolé. J’ai eu de la chance, pendant toutes ces années, mes fils étaient à l’internat, eux n’en n’ont pas souffert. »

Avec le premier confinement, les travaux ont pris un peu de retard et n’ont commencé qu’en avril 2020 dans la maison de 90 m2 située à une centaine de km de Rennes.

Electricien-plombier, solier, plaquiste, menuisier… les travaux se sont déroulés jusqu’en septembre 2021 et les bénévoles d’un des chantiers solidaires de l’agence de la Fondation à Rennes ont ensuite pris le relais pour intervenir sur les finitions, au côté de la propriétaire, très impliquée.

« Ce chantier, ce fut vraiment une belle expérience, j’ai fait de mon côté les plafonds, certaines peintures et des travaux de démolition… tout cela m’a permis d’économiser une petite somme. Il y avait une ambiance formidable. »

Après un hiver passé au chaud en toute sécurité, Mme D. peut aujourd’hui comparer ses factures et la différence, de taille, est confirmée par l’étude thermique qui annonçait 57 % d’économie réalisable.

« j’ai économisé plus de 500 euros l’année dernière, puisque je n’ai pas du tout acheté de bois. Je n’ai pas non plus été malade et n’ai pas du tout toussé, ce qui m’arrivait tout le temps avec le poêle. J’ai eu 18,5 ° au rez-de-chaussée tout l’hiver et 16 ° dans les chambres à l’étage, c’était parfait. Quand le soleil donne, les radiateurs ne se déclenchent pas. Vraiment, je n’ai pas vu passer la saison hivernale.

Ces travaux de rénovation dans la maison ont changé ma vie. Même socialement, mes rapports avec les gens ont changé. Je me sens plus à l’aise, je sors de chez moi, je me sens mieux. »