À Rennes, la Fondation soutient le logement des personnes en grande difficulté.

13 personnes sont actuellement logées dans deux maisons individuelles, à Cesson et à Rennes.

05/04/2022 | Crédits photos : Ljubiša Danilović

Cela fait un peu plus d’un an que l’association « Saint Benoit Labre » accompagne une petite vingtaine de grands marginaux installés sur deux sites, le premier à Cesson où vivent 6 adultes avec leurs chiens et le second, à Rennes, où la maison comporte 7 chambres.

Mathieu a 21 ans, c'est l'un  des deux plus jeunes habitants installés sur le site. Après deux ans de vie à la rue, il s'épanouit ici dans une caravane, où il a pris place il y a un peu plus d'un  an, avec son chien.

"Je vais bien, je  me sens chez moi et on s'entend tous très bien. En plus, on fait beaucoup de choses ensemble. On a construit 2 terrasses et une serre et on va construire 3 mobil-homes pour de futurs habitants. C'est cool, je me sens utile et ça occupe mes journées."

Sans perspective d'avenir jusqu'à maintenant, Mathieu s'est découvert une passion pour le travail du bois et un goût particulier pour l'altitude. Après avoir travaillé sur le chantier de la terrasse, il souhaite donc devenir élageur.

"Je commence une remise à niveau le mois prochain, dans le cadre de la garantie jeunes. C'est super, en plus, j'aurai un petit revenu ! Mes parents qui étaient inquiets pour moi, sont maintenant heureux... Avant, dans la rue, j'étais toujours aux aguets, même la nuit, je dormais mal. Aujourd'hui, je me sens en sécurité et j'ai des envies !

Ici, personne ne se juge. On sait tous qu'on a eu des difficultés et qu'on essaye de s'en sortir. On nous aide à faire nos démarches, à préparer notre avenir, c'est vraiment bien. Tant que je peux rester ici, je reste !

On participe aux tâches ménagères, à l'entretien de la maison et du jardin. Ici, c'est comme si on était chez nous, donc c'est normal de participer et de garder les lieux propres."

Plusieurs fois par semaine, une équipe pluridisciplinaire se met au service des habitants, d’abord au niveau collectif et peu à peu, dans une relation individuelle. En plus des fonctions support (restauration, ménage, gardiennage de nuit), deux travailleurs sociaux, une psychologue à mi-temps, un pair-aidant et un éducateur sportif interviennent sur les deux sites.

« Nous pouvons accueillir jusqu’à 20 personnes, mais pour l’instant, seuls 13 habitants sont accompagnés sur site. Ce sont en très grande majorité des hommes seuls, avec leurs chiens, qui ne peuvent être accueillis dans aucun autre dispositif, y compris l’hébergement d’urgence », précise Nathalie Heinry, responsable du pôle insertion de l’association « Saint Benoit Labre ».

À cela, plusieurs raisons : la présence d’animaux à leurs côtés, la difficulté à suivre des horaires contraints d’ouverture et de fermeture ainsi que les obligations en matière d’insertion. Ici, rien n’est imposé aux habitants.

« On s’adapte à la temporalité, aux besoins et aux souhaits des personnes, on les laisse venir à nous. On s’adapte à la singularité de chacun. »

Depuis un an, avec cet accompagnement complet couplé à la règle de non-violence, a apporté des premiers résultats tangibles :

« On constate une réelle baisse des risques liés aux addictions. Les personnes vont mieux, elles retrouvent la capacité d’habiter en participant au ménage de la maison, en prenant mieux en charge les questions d’hygiène… et l’ambiance collective est bonne », complète Nathalie.

Petit à petit, chacun des habitants exprime ses besoins. Pour l’un, la recherche d’un logement de droit commun ; pour un autre, un terrain où installer une caravane ou pour un troisième, la réparation d’un camion reprendre la route… Chaque projet de vie est pris en compte.

« L’objectif, c’est aussi de proposer à terme des formules d’habitat modulaires, légères et démontables, pouvant être co-construites avec les habitants, selon leur souhait, la métropole de Rennes mettant à notre disposition des terrains pour les expérimenter. »

La Fondation participe financièrement à l’action de l’association « Saint Benoit Labre » en soutenant particulièrement les projets culturels développés avec les habitants des deux sites.