Un logement digne et adapté

Dans le Bas-Rhin, Mme R. vit depuis 2 ans dans une maison confortable après des années passées dans un logement humide et vétuste.

09/09/2021 | Crédits photos : DR

Mise aux normes de l’électricité, isolation des murs, fenêtres à double vitrage, changement de la chaudière au fuel défectueuse, installation d’un extracteur d’humidité réglable… Depuis un an, Mme R. 71 ans, a retrouvé des conditions de vie dignes et elle dispose désormais d’un rez-de-chaussée de 50 m2 en parfait état, avec une salle de bains et de toilettes adaptées, l’étage servant de débarras.

« Nous avons réalisé les travaux les plus urgents et privilégié le rez-de-chaussée, compte tenu des problèmes de mobilité de la propriétaire. C’est l’assistante sociale qui nous a alerté sur cette situation car Mme R. n’arrivait plus à se chauffer et elle n’était plus en capacité d’utiliser sa baignoire ni sa douche », précise Caroline Rung, directrice de Soliha Alsace.

C’est l’association « Soliha Alsace » qui a monté le dossier de sortie d’insalubrité de cette maison située en milieu rural et montagneux, à Colroy-la-Roche (67).

« Je suis pleinement satisfaite ! Les sols sont en bon état maintenant, on ne risque plus de trébucher et j’ai une belle salle de bains. Pour se chauffer, c’est pratique avec les radiateurs, mon fils est venu les régler au début et maintenant je le fais moi-même. Je suis attachée à cette maison, cela fait plus de 30 ans que j’y vis, nous nous étions installés ici avec mon mari… »

Mme R est désormais logée dignement sans aucune incidence budgétaire sur ses revenus très modestes grâce aux aides publiques (Anah, département, communauté de communes ) et à celle d’Action Logement Services pour l’adaptation du logement au vieillissement,  qui ont pu être débloquées, mais aussi grâce à l’accompagnement social dont elle a bénéficié pour une meilleure gestion de son budget et du prêt Missions sociales de Procivis (à taux 0 et sans frais de dossier ) qui lui a été accordé.

Sollicitée, la Fondation est intervenue en complément (à hauteur de 8 %) pour le reste-à-charge que la propriétaire ne pouvait assumer, dans le cadre de son programme « SOS Taudis ».