25 logements sociaux à Belleville-sur-Saône

Ouverte en juin 2017, la Pension de famille « Villa Lunna » affiche complet depuis son ouverture.

18/12/2018

À la tête de 2 résidences sociales et d’un foyer de jeunes travailleurs, l'association « Foyer les Remparts » de Belleville a travaillé pendant 3 ans sur le projet de construction d’une Pension de famille répondant aux besoins des personnes qu’elle accompagne et qui ne peuvent s’installer dans un logement autonome et pérenne, faute de réponse locale.

« Nous sommes la seule résidence sociale dans le nord du département du Rhône à accueillir des personnes souffrant de handicaps. Nombre d’entre eux ont fait toute leur carrière professionnelle sur le site voisin et ont séjourné chez nous, d’abord en FJT puis dans l’une de nos résidences sociales, mais ce sont des logements temporaires… il fallait aussi penser au vieillissement de notre public. Lorsque l’opportunité d’achat d’un terrain privé jouxtant notre foyer s’est présentée, nous n’avons pas hésité », précise le responsable.

Aujourd’hui, plusieurs logements sont adaptés aux personnes à mobilité réduite (douche à l’italienne, portes coulissantes, barres de soutien adaptables…) et l’immeuble neuf est équipé d’un ascenseur. La moitié des habitants touchent une pension d’invalidité. 7 logements sont attribués à des personnes issues du Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale de Belleville.

Les logements de 20 à 35 m2 ont été conçus pour atteindre la meilleure performance énergétique et acoustique possible et 2 types d'énergie (gaz et géothermie) complètent le dispositif assurant un bâtiment économe en charges.

« Je suis très heureux d’être ici ! Le bâtiment est neuf, il est très beau et j’ai maintenant un logement de 25 m2, plus grand que ce que j’avais avant. Ici, j'aime les soirées conviviales qui sont organisées chaque semaine…. Si on pouvait en avoir tous les soirs d’ailleurs, ça me plairait ! À Noël, nous allons tous au restaurant chinois ! Je parle avec tout le monde, je me plais vraiment bien ici. Mon souhait maintenant, c’est de trouver un travail », précise Grégory, 48 ans, qui a intégré la Pension de famille il y a un peu plus d’un an. Ancien travailleur du bâtiment, Grégory souffre d'une incapacité permanente lui ouvrant droit à l’Allocation Adulte Handicapé. il apprécie aujourd'hui d’être totalement autonome dans ce nouveau cadre de vie et peut se projeter dans l'avenir, malgré son handicap.

« Se prendre en charge, se faire à manger, s’occuper de son appartement… même si ce n’est pas facile tous les jours, ici j’y arrive. Cela me réconforte, c’est important » Même chose pour Daniel : « J’ai 52 ans, cela fait aussi plus d’un an que je suis ici. Au début, je n’allais pas au repas du vendredi, maintenant j’y vais et ça me fait du bien. J’essaye de ne pas rester tout seul pour ne pas broyer du noir. Je me sens bien ici, je me sens chez moi. »

Un lieu de vie ouvert sur l’extérieur, apaisant, où chacun trouve sa place, c’est effectivement ce que les hôtes, Pierre et Béatrice, essayent de préserver. « Les habitants de la Pension sont souvent isolés et ils en souffrent. Ici, nous proposons deux soirées conviviales chaque semaine. Le mardi soir, une soirée cinéma grâce à notre rétroprojecteur et le vendredi soir, le dîner que nous avons préparé de A à Z, courses comprises, tous ensemble. Cette année, pour la 4e année consécutive, nous participerons au réveillon solidaire organisé avec une dizaine d’associations locales… »

La Fondation a participé financièrement au projet, dans le cadre de son programme « Toits d’Abord », aux côtés de l’État et des collectivités locales qui ont soutenu la construction de l’immeuble, à concurrence de même montant que celui de la Fondation.