La Fondation Abbé Pierre dévoile son nouvel éclairage régional sur l’état du mal-logement à l’Ile de la Réunion

La conférence de presse a eu lieu le mercredi 2 juin, à 10h.

10/05/2021 | Crédits photos : Morgan Fache

Dans son nouveau rapport régional, la Fondation Abbé Pierre estime que plus de 100 000 personnes sont mal logées à La Réunion. De surcroit, près de 3 Réunionnais sur 10 sont touchés de près ou de loin par la crise du logement. Cette problématique est donc cruciale pour une grande partie de la population, et ce d’autant plus dans le contexte de crise sanitaire, économique et sociale actuelle.

Au-delà de son tableau de bord, la Fondation Abbé Pierre consacre cette année un chapitre thématique à la lutte contre l’habitat indigne. Selon l’Observatoire Réunionnais de l’Habitat Indigne, près de 18 000 bâtis sont recensés comme tels sur l’île. Or, les actions déployées par les acteurs réunionnais ne sont pas suffisantes pour couvrir l’ensemble des besoins. Les personnes impactées finissent par être épuisées, moralement et physiquement, au point de s’isoler socialement faute de pouvoir accueillir des proches dans un logement digne.

Par conséquent, la Fondation Abbé Pierre propose un plan d’action de « Lutte contre l’habitat indigne : objectif 0 en 10 ans » avec 4 axes qui se déclinent en 23 préconisations concrètes et opérationnelles.

• Fixer des objectifs de résultat pour l’Etat et les collectivités territoriales (Région, Conseil Départemental, Intercommunalités, Villes) ; 

• Mettre les personnes au centre de la lutte contre l’habitat indigne ; 

• Développer des réponses adaptées aux besoins des ménages non pris en charge par les dispositifs existants ; 

• Réaliser un suivi régulier de la stratégie de lutte contre l’habitat indigne et prévoir un plan de communication ; 

La lutte contre l’habitat indigne nécessite une volonté politique forte, tant au niveau du Préfet que des élus locaux, qui doivent prendre davantage leurs responsabilités et utiliser les moyens préventifs, incitatifs et coercitifs dont ils disposent. Le droit au logement digne et décent est inscrit dans les lois de la République, il appartient à tous les acteurs en responsabilité de le défendre pour répondre aux besoins d’aujourd’hui et de demain.