Mal-logement à La Réunion :
la Fondation Abbé Pierre présentera son 24e rapport
le jeudi 18 avril à Saint-Denis

02/04/2019 | Crédits photos : Morgan Fache

Une violente crise sociale secoue le pays et l’île de La Réunion. De nombreux réunionnais expriment leur crainte de sombrer dans la précarité en raison d’un quotidien de plus en plus difficile. C’est pourquoi, à l’heure du lancement des conférences Logement Outre-Mer et de la déclinaison du plan pauvreté à La Réunion, la Fondation Abbé Pierre rappelle que la lutte contre le mal-logement doit être une priorité nationale et régionale avec des objectifs précis : réduction du sans-abrisme et du nombre des expulsions locatives, expérimentation de l’encadrement des loyers, renforcement de l’amélioration de l’habitat et de la mobilisation du parc privé à vocation sociale, augmentation de la production d’une offre de logements sociaux adaptée aux profils des demandeurs, etc.

Le 18 avril, la Fondation Abbé Pierre publie un nouvel éclairage régional sur le mal-logement à la Réunion révélant des chiffres clés, afin de permettre à l’ensemble des acteurs en responsabilité de prendre la mesure des besoins et de mettre en place des politiques à la hauteur des enjeux. La Fondation estime à près de 85 000 le nombre de personnes mal-logées à la Réunion, soit près de 10% de la population. En dix ans, seulement 6 000 ménages ont déposé un recours Dalo (Droit au logement opposable), un nombre faible en comparaison du nombre de personnes mal-logées potentiellement éligibles. Pour améliorer l’application de ce droit fondamental sur l’île, la Fondation Abbé Pierre préconise 10 solutions pour reloger ces ménages prioritaires et garantir un traitement équitable.

Lors de cette présentation, la Fondation Abbé Pierre mettra en avant la dynamique des acteurs locaux qui développent des actions dans la logique du « Logement d’abord », avec l’objectif de « 0 personnes à la rue », telles que :
> La production de 8 nouvelles maisons Relais qui vont sortir de terre progressivement entre 2019 et 2020 soit, environ 264 logements adaptés pour des personnes isolées avec des parcours d’errance.
> La construction du projet « Un Chez Soi d’Abord », conçu à partir de l’expérience acquise par le dispositif Gagn 1 Kaz et qui génèrera, à terme, 100 logements pour des personnes à la rue souffrant de troubles psychiques.
> Le développement de l’offre d’intermédiation locative et en particulier, du mandat de gestion par le biais de l’AIVS Soleil (Agence Immobilière à Vocation Sociale) qui passera de 350 à 500 logements en gestion à l’horizon 2021.

La Réunion pourrait donc devenir un territoire exemplaire en définissant précisément une stratégie orientée dans l’esprit du « Logement d’abord » pour tous.