« Cette crise a repoussé les frontières de la précarité »

Alain Christnacht, conseiller d’Etat, est devenu le nouveau Président du Samu Social de Paris, le 7 février 2020.

27/07/2020 | Crédits photos : Pierre Faure

Comment avez-vous fait face à la crise du Covid-19 ?

« Grâce notamment aux réquisitions de l’État, nous avons eu 5 000 places hôtelières supplémentaires aux 40 000 déjà existantes en Ile-de-France. À Paris, ce sont en complément 1 000 places en hôtels, 800 places d’hébergement d’urgence et la prolongation de 2 000 places hivernales. Ces dispositions exceptionnelles ont permis au 115 de répondre à un appel sur 3, alors que nous ne pouvions satisfaire qu’un seul appel sur 10 avant la crise. SI cela a été très positif pour les familles logées prioritairement, la situation est devenue en revanche encore plus compliquée pour les personnes isolées. Beaucoup sont restées à la rue, alors que les distributions alimentaires étaient réduites ; poursuivre nos maraudes était essentiel. Début mai, elles étaient encore un millier dans les rues à Paris... Au-delà, de ces chiffres, le plus difficile pour nous a été d’isoler les personnes contaminées alors même qu’elles étaient hébergées dans des centres collectifs. Il a fallu restructurer en urgence les locaux et utiliser des centres d’hébergement spécialisés pour les malades. Plusieurs de nos médecins et travailleurs sociaux ont été contaminés et la pénurie de masques et de sur-blouses a été un handicap de plus… Nous avons vécu sous tension le premier mois, avec presque 3 fois plus d’absence que l’an passé, et avons tenu grâce à l’engagement très fort et permanent de nos 1 084 agents. »

De nouvelles formes de précarité sont apparues…

« Absolument. La situation est inédite et nous avons frôlé la très grande difficulté. Des paniers-repas et des tickets-service ont été distribués afin que les familles et les plus vulnérables puissent se nourrir, acheter des produits d’hygiène, du lait pour les nourrissons… Cette crise a repoussé les frontières de la précarité : étudiants isolés et sans ressource, auto-entrepreneurs, enfants dont le repas principal était à la cantine. Même si le Gouvernement a débloqué des primes et des aides ponctuelles, elles vont vite être épuisées. Nous travaillons avec les associations sur ce problème des ressources des plus précaires dans la durée. Elles soulignent notamment que le RSA n’a pas été réévalué et que les moins de 25 ans n’y ont toujours par droit. Il ne faut surtout pas que cette crise fasse basculer plus de monde dans la précarité et qu’elle créé de nouvelles inégalités. C’est à cela qu’il faut s’atteler dès maintenant. »

En participant à des distributions alimentaires dans Paris, nous avons découvert que des personnes n’avaient pas mangé depuis 2 jours…

Quelles sont les priorités du Samu social de Paris dans l’après-confinement ?

« J’en vois 3. Il faut d’abord sortir de la gestion de l’hébergement d’urgence au thermomètre ou au virus et pour cela, il faut recréer de la fluidité, en offrant plus de logements très sociaux accessibles aux personnes aux revenus modestes. Il faut aussi faire en sorte que tous ceux qui ont été mis à l’abri aujourd’hui le restent et que l’on prolonge la trêve hivernale tant que cela sera nécessaire. Ensuite, il faut d’une part travailler sur la question des ressources des plus fragiles et d’autre part sur la question de l’accès aux droits fondamentaux (santé, alimentation, logement) pour éviter que les frontières de la précarité ne s’élargissent. Enfin, il est certain que des personnes vont avoir des séquelles après la crise sanitaire : tout ce qui n’a pas été soigné va refaire surface et les conséquences de l’isolement seront surement importantes. Pour faire face à cela, nous allons renforcer la mixité dans nos équipes pour répondre aux besoins médicaux (reprise des soins ; approches psychologique et psychiatrique suite à l’isolement) tout autant qu’à la précarité sociale. »