Des centaines de repas complets livrés aux étudiants

Grâce au soutien de la Fondation, une chaine de solidarité fonctionne depuis plusieurs mois à Nanterre et Antony.

04/03/2021

Chaque semaine, deux distributions sont réalisées sous la forme de 500 repas équilibrés et variés confectionnés par l’entreprise d’économie sociale et solidaire « Les Cuistots Migrateurs ».

La distribution est organisée par l’association « Le Chainon Manquant » et le Pôle Solidarité Jeunesse du Département des Hauts-de-Seine, qui accompagne les jeunes de 11 à 25 ans avec son programme « Veille Active Jeunes ».

 

Afin de s’adapter au caractère hebdomadaire de la distribution, le dispositif a peu à peu été complété par d'autres produits de la Banque Alimentaire pour constituer des colis : les étudiants repartent avec des repas frais et équilibrés ainsi que des produits de base.

Nelwan, 22 ans, est en classe préparatoire HEC. Inscrit à la faculté de Nanterre où il loge dans une chambre universitaire, Nelwan se rend tous les vendredis à 15 heures à la distribution alimentaire :

« J’y vais depuis le 1er confinement, ça m’apporte vraiment beaucoup d’aide… J’ai une bourse du Gabon, mais elle m’arrive souvent en retard et grâce à ces distributions, j’arrive à tenir. Il y a de plus en plus de monde qui fait la queue, surtout quand on distribue à la fois des denrées de première nécessité et des plats tout prêts ! Une fois que j’ai payé la chambre et mon forfait Internet, il ne me reste plus grand-chose. Et encore, je ne suis pas le plus à plaindre, j’ai des amis pour qui c’est encore pire. Pour moi, le plus dur c’est maintenant, depuis le début de l’année en fait, car il faut payer les frais des concours des grandes écoles qui démarrent le 19 avril. Ce sont plusieurs centaines d’euros à chaque fois. Là, c’est sûr, il ne me reste rien. Au 1er confinement, j’ai failli tomber en dépression, j’ai eu peur de ne pas réussir à m’en sortir avec tous les cours à distance, pas de contact avec les élèves ni les professeurs… J’essaye de tenir le coup, mais ce n’est vraiment pas facile. »

Chaima vient d’Argenteuil, elle a 25 ans et suit un Master de Langues à Nanterre également. Avec sa bourse de 170 euros et son loyer en résidence universitaire de 394 euros/mois, Chaima a du mal à joindre les deux bouts :

« Clairement, sans les distributions alimentaires, je ne me nourrirais pas tous les jours. J’ai un peu d’APL, mais pas grand-chose… ça fait plusieurs mois que je ne paye plus mon loyer, entre les transports et l’abonnement téléphone, je n’y arrive plus. Ici, on a un accès wi fi mais la qualité n’est pas bonne pour les visios et sans abonnement 4 G, ce n’est pas possible de suivre les cours. Avant, j’avais un petit boulot, je travaillais au cinéma, maintenant je n’ai plus rien. C’est dur de tenir, j’ai vu des jeunes autour de moi être expulsés de leur chambre parce qu’ils ne pouvaient plus payer leur loyer depuis le 1er confinement. D’autres mangent un jour sur deux… ça fait vraiment de la peine. Pour tenir, je me suis engagée dans une association qui organise aussi des distributions alimentaires aussi dans la résidence universitaire, ça m’aide de me sentir utile. En ce moment, je fais 3 distributions alimentaires pour manger correctement, une à Nanterre et 2 sur Paris. Comme je suis diabétique, les plats préparés et végétariens des Cuistots Migrateurs, c’est vraiment bien pour moi ! Pour la santé, c’est pareil. J’ai beaucoup de problèmes de dos et je prends des antidouleurs. Je ne peux absolument pas voir des praticiens, j’ai trop peur de la facture…. »

À Paris, l’association « Le Chainon Manquant » apporte également son soutien à l’association étudiante Co’p1 qui organise deux distributions par semaine à la Maison des Initiatives Etudiantes, et distribue 225 repas tous les samedis, de 12H30 à 15H30. L’été dernier, en juin et juillet, grâce au soutien de la Fondation Abbé Pierre, « Le Chainon Manquant » a pu livrer 8 100 repas complets dans les Hauts-de-Seine et en Seine-Saint-Denis. Maraudes, distributions, programmes de réinsertion et d’aide alimentaire… Plus de 1500 personnes, dont des familles, ont bénéficié pendant deux mois d’été de ces repas distribués par une dizaine d’associations, dont plusieurs spécialement tournées vers les jeunes.