Les Pensions de famille de la Fondation Abbé Pierre

Depuis près de 15 ans, la Fondation Abbé Pierre soutient l'ouverture et la gestion de Pensions de famille sur tout le territoire. En 2012, elles étaient au nombre de 41, soit 560 personnes logées et environ 520 logements.

17/11/2017 | Crédits photos : Sam Albaric

En centre-ville ou à la campagne, les Pensions de famille sont des lieux de vie uniques qui permettent à celles et ceux dont le parcours de vie a été chaotique, de reprendre confiance en eux, de reprendre leur souffle. Des résidences où la vie collective et l'intimité de chacun sont étroitement liées et préservées au quotidien.

À l'ensemble de son réseau, la Fondation apporte soutien financier, accompagnement et expertise aux associations partenaires locales dans chacun des projets.

Avoir un chez-soi, sans limite de durée, tout en bénéficiant d'une vie collective organisée par les hôtes au sein d'espaces dédiés, présente une sécurité de vie qui favorise le développement de projets personnels et la reprise de confiance en soi.

 

Apprendre à bien vivre

Philippe est résident au Brin d'Espoir, à 30km d'Angers, depuis un an et un mois. À 57 ans, sur les conseils de l'assistante sociale, il a tenté l'expérience de la vie en Pension de famille.

"Ici, à la campagne, tout est apaisant, je me sens en sécurité. Je retrouve peu à peu mes repères et je ne suis plus tenté... Je retrouve un équilibre que j'avais perdu. Les horaires, les tâches collectives, cela me paraît normal, même si j'ai tendance à ne pas avoir d'horaires. C'est normal d'avoir des contraintes et ça ne me gêne pas, du moment que j'ai quand même mon petit "jardin secret", comme on dit.

Vivre ensemble, c'est aussi apprendre à partager des idées et pas seulement des compétences ou des fonctions. Je m'aperçois souvent que j'ai une idée grâce à quelqu'un qui n'a pas eu le même point de vue que moi. C'est une richesse que je connais désormais.

Ce qui est vraiment bien ici, c'est qu'il n'y a pas d'échéance. C'est très important de savoir que l'on peut rester le temps que l'on veut. On n'a pas d'épée au-dessus de la tête. C'est drôlement positif pour trouver son équilibre.

 

"Le temps que l'on s'apprivoise"

Suivre le rythme de chacun des 12 résidents, ne pas brusquer les choses. Laisser se dévoiler peu à peu les personnalités alors même que les situations sont très difficiles et très fragiles, c'est ainsi que Denis et Bernie, hôtes du Brin d'Espoir depuis 2007, accueillent, entourent, conseillent, soutiennent au quotidien. 

"Notre objectif, c'est de redistribuer les rôles, reconstituer un groupe pour que chacun retrouve sa place lorsque quelqu'un s'en va ; créer une dynamique, un enrichissement de chacun à travers des projets collectifs. Notre plus gros projet, c'est l'appropriation du lieu collectif et des 3 hectares de terrain qui entourent la Maison. C'est un cadre de vie agréable dans lequel chacun évolue et partage."

"ici, avec la Pension en pleine nature, c'est le changement complet de vie et nous aidons chacun à reprendre un jour son envol. En général, les résidents restent entre 2 et 3 ans, mais certains restent plus longtemps. Le plus ancien résident est au Brin d'Espoir depuis plus de quinze ans. Nous gardons des contacts avec ceux et celles qui ont quitté la Pension de famille. L'un est parti à 2 km d'ici, un autre est un peu plus loin à 8 km ; un autre encore est à 12 km en appartement. Nous avons aidé au déménagement, nous restons en contact et nous avons même parfois aidé au relogement grâce à notre réseau."

Chaque année, la Fondation Abbé Pierre poursuit l'accompagnement de chaque projet, permet l'émergence de nouvelles Pensions et leur développement, aide à la professionnalisation des hôtes, soutient l'équipement des lieux de vie grâce à ses partenaires (Ikea, But...).