Une maison rénovée et des dépenses maitrisées

En Gironde, une mère et sa fille retrouvent un confort de vie.

14/03/2018 | Crédits photos : © Droits réservés

Pour réduire le loyer trop lourd, Mme M. s’est installée avec sa fille, à Saint Ferme, en Gironde, à 6 km de Monségur, là où elle travaille en tant que surveillante de nuit dans un établissement médico-social.

 

« Je voulais quitter la ville et avec ma fille, nous sommes tombées sous le charme de cette maison, de ses pierres… On est au calme, on n’a vraiment pas hésité, d’autant que le prix était très raisonnable. »

 

Âgée de 42 ans, cette mère isolée et sa fille de 21 ans s’installent donc la maison de 150 m2 en juin 2017. Mais, très vite, la propriétaire découvre des infiltrations et des moisissures ainsi que la difficulté de se chauffer et de se procurer de l’eau chaude avec l’ancienne chaudière gaz de ville qui est défectueuse. Sous les tapisseries de la maison inhabitée pendant 2 ans, les murs sont couverts de salpêtre.

« Je me suis renseignée à la Mairie pour les aides de l’Anah dont peuvent bénéficier les habitations de plus de 20 ans et c’est comme cela que j’ai été en contact avec « La maison de l’Habitat ». Ils sont tout de suite venus voir et m’ont beaucoup aidée pour les artisans. Au moins, avec eux, je sais que les travaux seront bien faits. »

Non isolée, la maison de 1900 se révèle également dangereuse car l’électricité n’a jamais été remise aux normes. Dans le cadre de son programme « SOS Taudis », la Fondation Abbé Pierre a rapidement apporté son soutien financier à la rénovation du domicile. Les nouvelles menuiseries ont été posées en février ; la mise aux normes de l’électicité ainsi que l’isolation complète des murs seront effectuées en avril.

« Rien qu’avec les nouvelles fenêtres, on a déjà moins froid. Heureusement, car pour l’instant on se chauffe avec des convecteurs… Même si j’ai dû prendre un prêt pour ces travaux, je m’en sors quand même au niveau de mon budget. J’ai hâte que tout soit fini. »

Isolation des murs et des combles, installation d’une VMC  et mise aux normes de l’électricité…. la réalisation des travaux, portée par le partenaire de la Fondation, « Siphem – Maison de l’Habitat », permettra de stopper la dégradation du logement et d’obtenir un gain de 1000 euros/an sur la facture de chauffage de la maison.

C'est grâce à la générosité de ses donateurs que la Fondation Abbé Pierre peut lutter contre l'habitat indine partout en France. Aidez-nous à agir ! Donner.