"Opus Délits Show" : la Fondation présente au débat Street Art et générosité

Le 18 octobre, la Fondation Abbé Pierre participera au débat de l'événement street art "Opus Délits Show"

17/10/2013 | Crédits photos : Seb!Godefroy

Jusqu’au 20 octobre, le street art s’invite à l’Espace Cardin à l’occasion de la première édition d’ « Opus Délits Show » lancé par la maison Critère Editions à l’occasion du quatrième anniversaire de sa collection Opus Délits. Riche de 40 volumes, cette collection dédiée à l’Art urbain a pour ambition de faire connaître et reconnaître des artistes qui trouvent dans la rue leur source d’inspiration. Pour célébrer cet anniversaire, l’« Opus Délits Show » propose une exposition rassemblant les œuvres de 40 artistes ainsi que des conférences, rencontres et débats durant lesquels plusieurs thèmes seront abordés : le statut de la femme dans le street art, la reconnaissance des artistes urbains dans l’art contemporain, les différents vecteurs du street art, le street art au profit de grandes causes…

C'est à ce dernier échange que la Fondation Abbé Pierre participera le 18 octobre. L’occasion pour Dominique Jeanningros – membre du conseil d’administration - de rappeler les liens qui unissent la Fondation abbé Pierre avec les artistes, notamment le graffeur JonOne à l’origine de la réalisation du portrait de l’Abbé Pierre, immense fresque qui a trouvé sa place Square des Deux-Nèthes (XVIIIe). On se souvient en effet que la vente aux enchères de la Rolls-Royce d’Eric Cantona, customisée par JonOne sur le plateau du Grand Journal de Canal +, avait rapporté 125 000 euros pour financer des actions sociales de la Fondation.

Lors de cette table ronde, Dominique Jeanningros rappellera que cet engagement de l’artiste de street art ne se mesure pas seulement en ressources. En effet, pour la Fondation Abbé Pierre qui entend s’adresser aux jeunes publics – premières victimes du mal-logement et porteurs de la mémoire et du message de son fondateur – les liens qui l’unissent avec des artistes tels que JonOne, constituent des ponts vers ces futures générations.

Toucher les jeunes, les sensibiliser et les interpeller demande d’adopter leurs codes et leurs formes d’expression et le street art, né de la rue à l’image de la Fondation Abbé Pierre, est l’une d’entre elles.